29/01/2012

EVOLUTION DE NOTRE LANGUE

Admirable évolution de notre belle langue ...
On savait déjà qu'il n'y a plus de sourds, mais des mal-entendants
plus d'aveugles, mais des non-voyants, plus de stérilité, mais de l’infertilité, plus d'analphabètes mais des illettrés (parce que dans analphabètes, il y a "bêtes" ?).

Bientôt, il n'y aura plus de morts, mais des "non-vivants"

 

...On a même inventé les « souchiens »…qui remplace les « français de souche »…

Quand on retrouve un corps, les journalistes se croient obligés d'ajouter "sans vie"... Il semble que si la personne est en vie, 
c'est une personne qu'on retrouve, et pas un corps. 


Ne dites plus un écolier pour un enfant du primaire, 
dites "un étudiant"

Ne dites plus un lycéen ou un élève pour un enfant 
du secondaire, dites "un étudiant"langue.jpg

A ce train, pour un étudiant de 1ère candi, on dira 
bientôt "un futur Prix Nobel" ...


Pour une petite fille de 8 ans, on dit désormais 
"la jeune-fille" ... Que sera-t-elle pubère ?!


Ne dites plus "pédéraste", mais "choix de vie 
dans le droit à la différence"...!!!


Et ne dites surtout plus "taxé à mort", 
mais "contributaire volontaire à la solidari"


Bref, nous approchons du "tube creux à l'intérieur" :-)
 

Pour le volet "social", lire la suite 
des euphémismes des précieuses ridicules ...


09:40 Écrit par bk212103 dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

13/01/2012

Hermès, la vie ou la mort !

 

Ils ne peuvent pas s’offrir un produit de luxe. Alors, pour “sauver la face”, certains jeunes achètent seulement l’emballage griffé !

“Comment se payer un sac de marque en dépensant le moins possible ? Il suffit d’acheter une belle imitation + un ticket de caisse + un emballage de la marque en question.” Actuellement, certaines personnes qui ne peuvent se payer un produit griffé se contentent d’acheter un sac d’emballage pour transporter leurs affaires en frimant. Sur Internet, on s’arrache tout ce qui a trait aux produits de marque (les tickets de caisse, les notices d’utilisation, les étiquettes, etc.), et cela se négocie à des prix clairement affichés.

On parle à ce sujet de “consommation pour sauver la face”. Le centre d’enquêtes sociales du Zhongguo Qingnian Bao (“Journal de la Jeunesse chinoise”) a effectué un sondage auprès de 1 104 personnes. Il en ressort que 84,2 % des sondés affirment que, parmi les jeunes de leur entourage, cette consommation pour sauver la face est un phénomène très répandu.


Nous avons pu constater qu’un site de vente en ligne proposait une gamme complète de sacs d’emballage et d’accessoires de griffes célèbres, comme Hermès et Cartier, à des prix variant entre 2 et 200 yuans [de 0,24 à 24 euros]. Une cyberboutique vend des “sacs carton de marques de luxe” à 100 yuans [12 euros] pour des sacs neufs de petite ou moyenne taille et à 30 yuans [3,70 euros] pour des sacs en bon état ; les stocks sont actuellement épuisés. Un magasin de produits de qualité contrefaits a également en rayon des sacs en carton de bonne imitation, une combinaison de produits très appréciée des acheteurs.

Selon un internaute : “Les gens n’achètent pas un sac, mais un statut social, un état d’esprit et une apparence.” Désormais, la “consommation hermes.jpgpour sauver la face” et la surconsommation sont monnaie courante. Zhang Mi, qui commercialise des vêtements, s’est mariée il y a deux ans en toute simplicité [sans cérémonie ni échange de dots ni de cadeaux]. Cependant, très vite, sous la pression de leurs proches et amis, les jeunes époux ont acheté un logement à crédit en centre-ville, puis une voiture de milieu de gamme, toujours à crédit, pour se conformer à leur standing de “jeunes patrons”.

Quand ils sont rentrés dans leur famille, à l’occasion des fêtes du nouvel an, au volant de leur nouvelle voiture, leurs parents ont été aux anges devant cet achat qui affichait la réussite du couple parmi les jeunes de leur génération. “On fait partie maintenant de ces gens qui ont une voiture, un logement, un emploi, mais pas un sou en poche !” soupire Zhang Mi, dont les revenus conjugués à ceux de son mari dépassent pourtant 20 000 yuans par mois [plus de 2 400 euros]. Il leur faut à la fois assurer les dépenses liées à leur voiture et à leur logement, et rembourser leurs crédits. “Vu de l’extérieur, cela paraît magnifique, mais on ne sait pas tous les soucis que cela cache !”

Pourquoi cette attirance des jeunes pour la “consommation frime” ? Dan Xiuqin, col blanc né dans les années 1980, explique qu’une forte consommation conjuguée à de faibles revenus rend la vie stressante.

Aujourd’hui, quand on va acheter des vêtements, par exemple, les vendeurs vous saluent à peine si vous êtes habillé de manière ordinaire, ce qui est très vexant ! Tong Kun, étudiante à l’université du Hubei [province au centre de la Chine], indique que les cadres de l’Association des étudiants et les responsables de promotion sont en général issus de familles plutôt aisées.

Les étudiants provenant de milieux modestes manquent bien souvent de confiance en eux. S’ils cherchent à sauver la face par leurs achats, c’est à cause des grandes disparités sociales, car consommer pour la frime leur permet au moins de paraître égaux en apparence.

 

10:12 Écrit par bk212103 dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Jeunes chinois, combien de divisions ?

159 millions C’est le nombre de jeunes Chinois âgés de 12 à 19 ans, enfants uniques pour la plupart. Ils représentent un peu plus de 11 % de la population totale. 70 millions vivent dans les villes. Ils dépensent en moyenne 201 yuans par semaine (25 euros).

Diplômés Ils intègrent les universités à l’issue d’un concours national très sélectif. La population étudiante s’élevait à 21,4 millions en 2009. 6,6 millions d’étudiants sont sortis diplômés en 2011 – 830 000 seulement en 1998 – et on devrait en compter 200 000 de plus cette année. En outre, plus de 1,2 million de Chinois poursuivent des études à l’étranger.

Connectés Un tiers surfent quotidiennement sur le web et 83 % utilisent un téléphone mobile. Environ 62 % ont ouvert un compte sur un microblog.

Patriotes Près de 80 % des jeunes pensent que la Chine est “le pays le plus important du monde” et se disent fiers de ses traditions. 60 % se déclarent parallèlement intéressés par “la culture et les modes de vie d’autres pays”.

Impliqués La moitié d’entre eux se sentent concernés par le réchauffement climatique.

(Sources : TNS Research International China, Bureau national des statistiques, ministère chinois de l’Education)

10:07 Écrit par bk212103 dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

01/01/2012

PANGA

Le panga est un nouveau poisson asiatique que nous trouvons chez

> *CARREFOUR et PICARD ..,* surtout sous forme de filets, à un prix
> relativement bas. Le panga est, au Vietnam, un poisson de culture
> industrielle intensive ; plus exactement, il vient du delta du Mekong,
> et il est en train d'envahir le marché à cause de son prix.
 
> Voici ce qu'il y a à savoir sur le panga : le *Mekong* est l'un des
> fleuves les plus contaminés de la planète. Les pangas sont infectés, à
> hauts niveaux, de venins et bactéries (arsenic, résidus industriels
> toxiques et dangereux, sous-produits du secteur industriel en pleine
> croissance), métaux contaminés, phénols polychlorés (PCB) ou DDT et
> leurs (DDTs), chlorate ; des composants relationnés (CHLs),
> hexachlorociloxane, isomères (HCHs) et hexachlorobenzène (HCB).
 
> Il sont alimentés avec des poissons morts, des restes d'os et avec une
> farine d'Amérique du Sud, le manioc et des résidus de soja et graines.
> Il est évident que ce type d'alimentation peu salubre n'a rien à voir
> avec l'alimentation d'un environnement naturel. Cela ressemble beaucoup
> à l'alimentation des vaches folles (vaches qui furent alimentées avec
> des vaches. Vous en rappelez-vous ?).
 
> L'alimentation des pangas est complètement en dehors de toute
> réglementation judiciaire. Le panga grandit 4 fois plus vite que dans la
> nature, à l'état normal. De plus, les pangas sont injectés avec (PEE).
> Quelques scientifiques ontpanga.jpg découvert que si l'on injectait les femelles
> panga avec des hormones féminines dérivées d'urine déshydratée de femmes
> enceintes, la femelle panga produirait ses oeufs plus rapidement et en
> grande quantité, ce qui n'arriverait pas dans un environnement naturel
> (une femelle panga arrive ainsi à produire 500.000 oeufs en une fois).
 
> De fait, ce sont des poissons qui ont des hormones injectables
> (produites par une entreprise *pharmaceutique chinoise* pour accélérer
> le processus de croissance et de reproduction. En achetant du panga,
> nous collaborons avec des entreprises gigantesques sans aucun scrupule
> et spéculatrices, qui ne se préoccupent pas de *_la santé et du bien
> être des êtres humains_*. Ce commerce est accepté par de *_grandes
> superficies_* qui vendent au public en général, tout en sachant qu'ils
> vendent des *_produits contaminés._*
 
> *_NOTE_ : Etant donné la prodigieuse quantité de pangas disponible, ils
> termineront également dans d'autres aliments :_ surimi_ (ces petits
> batônnets faits avec de la chair de poisson), poisson en boîte et
> probablement dans quelques aliments pour animaux (chiens et chats).*
 
*REGARDEZ LA PROVENANCE DU POISSON ET N'ACHETEZ _JAMAIS_ DE POISSON
ASIATIQUE AUSSI PEU CHER QU'IL SOIT.*
 
*CARREFOUR ET EXITO NE SE PREOCCUPERONT JAMAIS DE VOTRE SANTE !!!*
 

10:10 Écrit par bk212103 dans Divers, Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

21/12/2011

Ecologistes, toute une réflexion

Quand la vieille femme a choisi le sac en plastique pour ses achats, la caissière lui a reproché de ne pas se mettre à "l'écologie".

La caissière dit à la femme que la génération de la vieille femme ne comprenait tout simplement pas le mouvement écologique ; que seuls les jeunes allaient payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources !

La vieille femme s'est excusée et a expliqué: " Je suis désolée, nous n'avions pas le mouvement écologique dans mon temps."

Alors qu'elle quittait le magasin, la mine déconfite, la caissière en rajouta :

" Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à notre dépens. C'est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l'environnement dans votre temps !

La vieille dame admit qu'à l'époque, on rendait les bouteilles de lait, les bouteilles de Coke et de bière au magasin.

Le magasin les renvoyait à l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau ; on utilisait les mêmes bouteilles à plusieurs reprises.

À cette époque, les bouteilles étaient réellement recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.

En mon temps, on montait l'escalier : on n'avait pas d'escaliers roulants dans tous les magasins ou dans les bureaux.

On marchait jusqu'à l'épicerie du coin aussi.

On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu'il fallait se déplacer de deux coins de rue.

Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.

À l'époque, on lavait les couches de bébé ; on ne connaissait pas les couches jetables.

On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde à linge; pas dans une machine avalant 220 volts.

On utilisait l'énergie éolienne et solaire pour vraiment sécher les vêtements.

À l'époque, on recyclait systématiquement les vêtements qui passaient d'un frère ou d'une sœur à l'autre.

C'est vrai ! on ne connaissait pas le mouvement écologique.

À l'époque, on n'avait qu'une TV ou une radio dans la maison; pas une télé dans chaque chambre. Et la télévision avait un petit écran de la taille d'une boîte de pizza, pas un écran de la taille de l'État du Texas.

Dans la cuisine, on s'activait pour fouetter les préparations culinaires et pour préparer les repas; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans effort.

Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait des rembourrages comme du papier journal ou de la ouate, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.

À l'époque, on utilisait l'huile de coude pour tondre le gazon ; on n'avait pas de tondeuses à essence auto-propulsées.

À l'époque, on travaillait physiquement; on n'avait pas besoin d'aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité.

Mais, vous avez raison: on ne connaissait pas le mouvement écologique.

À l'époque, on buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif ; on n'utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter à chaque fois qu'on voulait prendre de l'eau.

On remplissait les stylos plumes dans une bouteille d'encre au lieu d'acheter un nouveau stylo; on remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir tout simplement à chaque rasage.

Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.

À l'époque, les gens prenaient le bus, le métro et les enfants prenaient leur vélo pour se rendre à l'école au lieu d'utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi de 24 heures sur 24.

À l'époque, les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d'une année sur l'autre, les crayons de couleurs, gommes, taille crayon et autres accessoires duraient tant qu'ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes à chaque rentrée.

Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.

On avait une prise de courant par pièce, pas une bande multi-prises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d'aujourd'hui."

A mon époque, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique, mais on vivait chaque jour de la vie dans le respect de l'environnement.

 

ALORS VIENS PAS ME FAIRE "CHI..." AVEC TON MOUVEMENT ÉCOLOGIQUE !!!

 

 

09:39 Écrit par bk212103 dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

08/12/2011

En désaccord sur la date du jeûne d’Achoura et c'est tant mieux !

 

« Achoura » (littéralement « dix » en arabe) est célébrée le dixième jour du mois sacré de mouharram, premier mois du calendrier musulman. Cette fête du calendrier islamique, mineure pour les sunnites mais qui revêt une importance majeure chez les chiites, est attendue avec ferveur par les musulmans les plus pratiquants.

En effet, selon la Sunna (la tradition), le prophète Mohammed est allé, en 622, à la rencontre des juifs de Médine qui lui auraient expliqué les raisons pour lesquelles ils jeûnent pour Yom Kippour, le jour de l’expiation.

« Un an plus tard, pour confirmer sa filiation spirituelle à la tradition de Moïse, il recommande aux musulmans de jeûner deux jours, les neuvième et dixième jours du mois de mouharram, pour éviter que ne soient confondues les fêtes musulmanes et juives », écrit Kamel Meziti dans Les fêtes de Dieu, Yahweh, Allah (Bayard, 2011). Selon un hadith, jeûner ces deux jours permet d’expier les péchés de l’année écoulée.

Problème, cette année, les responsables musulmans français ne se sont pas accordés sur une date commune du calendrier grégorien.

Les autorités musulmanes en désaccord sur la date du jeûne d’AchouraAchoura.jpg

« Achoura » (littéralement « dix » en arabe) est célébrée le dixième jour du mois sacré de mouharram, premier mois du calendrier musulman. Cette fête du calendrier islamique, mineure pour les sunnites mais qui revêt une importance majeure chez les chiites, est attendue avec ferveur par les musulmans les plus pratiquants.

En effet, selon la Sunna (la tradition), le prophète Mohammed est allé, en 622, à la rencontre des juifs de Médine qui lui auraient expliqué les raisons pour lesquelles ils jeûnent pour Yom Kippour, le jour de l’expiation.

« Un an plus tard, pour confirmer sa filiation spirituelle à la tradition de Moïse, il recommande aux musulmans de jeûner deux jours, les neuvième et dixième jours du mois de mouharram, pour éviter que ne soient confondues les fêtes musulmanes et juives », écrit Kamel Meziti dans Les fêtes de Dieu, Yahweh, Allah (Bayard, 2011). Selon un hadith, jeûner ces deux jours permet d’expier les péchés de l’année écoulée.

Problème, cette année, les responsables musulmans français ne se sont pas accordés sur une date commune du calendrier grégorien.

En pratique, le mois de mouharram débute lorsque peut être observée à l’œil nu la nouvelle lune. « Une fois cette date fixée, il suffit ensuite de compter jusqu’à dix pour savoir quand a lieu l’Achoura », note le site Internet SaphirNews.

Or, si le 26 novembre, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a décrété le premier jour de mouharram, « nouvel an hégirien 1433 », et donc Achoura au lundi 5 décembre, la Grande mosquée de Paris, elle, a fixé sur son site Internet cette fête au « mardi 6 décembre 2011 ». En prenant soin toutefois de préciser en note « qu’un décalage d’une journée est possible ».

Résultat, « nombreux sont ceux qui ont préféré suivre – sous l’impulsion de muftis 2.0 – l’avis de l’Arabie saoudite, qui a déterminé le début de l’an 1433 au dimanche 27 novembre et l’Achoura au mardi 6 décembre, recommandant ainsi de jeûner lundi et mardi », déplore SaphirNews, en pointant « un déficit de communication des fédérations islamiques en France ».

débute lorsque peut être observée à l’œil nu la nouvelle lune. « Une fois cette date fixée, il suffit ensuite de compter jusqu’à dix pour savoir quand a lieu l’Achoura », note le site Internet SaphirNews.

Or, si le 26 novembre, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a décrété le premier jour de mouharram, « nouvel an hégirien 1433 », et donc Achoura au lundi 5 décembre, la Grande mosquée de Paris, elle, a fixé sur son site Internet cette fête au « mardi 6 décembre 2011 ». En prenant soin toutefois de préciser en note « qu’un décalage d’une journée est possible ».

Résultat, « nombreux sont ceux qui ont préféré suivre – sous l’impulsion de muftis 2.0 – l’avis de l’Arabie saoudite, qui a déterminé le début de l’an 1433 au dimanche 27 novembre et l’Achoura au mardi 6 décembre, recommandant ainsi de jeûner lundi et mardi », déplore SaphirNews, en pointant « un déficit de communication des fédérations islamiques en France ».

07:44 Écrit par bk212103 dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

04/12/2011

L’euro, un otage idéologique

Il y un moyen simple de résoudre la crise de la zone euro : que la Banque centrale européenne promette de prêter aux Etats en dernier recours. Mais cette solution défendue par de nombreux économistes est rejetée par l’institution. Une rigidité purement idéologique, déplore un éditorialiste du Monde.

Il suffirait d'une phrase pour endiguer la crise de l'euro, affirment nombre d'économistes. Une petite phrase que devrait prononcer la Banque centrale européenne. La BCE devrait dire haut et fort qu'elle jouera le rôle de prêteur de dernier recours pour les membres les plus endettés de l'union monétaire. Et l'euro se porterait mieux.

Et les marchés seraient tenus en respect. Et, ô ! Joie suprême, on se ficherait pas mal de ce que racontent les agences de notation. Et on pourrait desserrer quelque peu l'étau de l'austérité budgétaire, assouplir les conditions de la rigueur. Et cela favoriserait un début de reprise de l'activité, qui faciliterait l'apurement de la dette. Et, sans promettre de raser gratis, on sortirait de ce cycle sinistre qui voit se défaire la zone euro, comme dans une méchante partie de bowling quand la grosse boule noire vient faucher les quilles les unes après les autres : d'abord Athènes, puis Dublin, Lisbonne, Madrid, Rome – en attendant Paris...

L'institut d'émission battant monnaie – c'est l'une de ses fonctions -, ses ressources sont, par définition, illimitées. Si la BCE dit qu'elle sera l'assureur de dernier ressort, elle dissuade la spéculation. Les marchés seront rassérénés. Ils n'exigeront plus des taux de rémunération faramineux pour souscrire aux emprunts des Etats les plus endettés.

Ceux-là échapperont à l'emballement des coûts de leur dette. Ils sortiront d'une infernale spirale dont on connaît parfaitement les étapes. L'Etat ignoblement endetté est d'abord condamné à ne plus pouvoir se financer sur le marché en émettant des bons du trésor : il devrait verser des taux d'intérêt prohibitifs. Il est amené à tendre la sébile. Il sollicite une aide auprès de créanciers extérieurs. Mais ces derniers n'accordent leur assistance qu'à des conditions d'austérité draconiennes qui épuisent le malade.

Dans l'hypothèse où la Banque centrale dit à l'avance qu'elle souscrira aux emprunts d'un Etat qui a du mal à payer ses dettes, le schéma est tout différent. Les achats de l'institut d'émission vont rabaisser les taux à des niveaux praticables, si la seule déclaration d'intention de la banque centrale n'a pas suffi à le faire.

C'est ce qui se passe hors zone euro, aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, au Japon, par exemple. A des titres divers, ces trois pays n'alignent pas un carnet de notes plus brillant que la moyenne dans l'union monétaire européenne. Mais il est clair pour tout le monde que la Réserve fédérale, la Banque d'Angleterre ou celle du Japon n'hésiteront pas.

liberte.jpg

Et puis crotte !

 

07:58 Écrit par bk212103 dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook