13/10/2011

GAGNER LES ELECTIONS

 

“le pays on s’en fout, notre métier est de gagner les élections”

 

On se gave actuellement du mot « démocratie ».

Il faut cependant garder toujours en mémoire ces paroles du sinistre Joseph GOEBBELS :

 

« Cela restera toujours l’une des meilleures farces de la démocratie d’avoir elle-même fourni à ses ennemis mortels le moyen par lequel elle fût détruite … » .

 

et aussi ce qu’écrivait le Pasteur Michel Roehrig (repris de « Les Sept de Spandau » de Laure Joanin-Llobet) :

 

« Il ne faut jamais oublier que Hitler est arrivé au pouvoir en Allemagne grâce au bulletin de vote du peuple… »

 

PLATON dans « La République » écrivait :

« …il est dès lors très vraisemblable que la tyrannie ne puisse prendre forme qu’à partir d’aucune autre constitution politique que la démocratie … ».

 

 

MONTESQUIEU (« L’Esprit des Lois ») nous rappelle :

« Les politiques grecs (*) , qui vivaient dans le gouvernement populaire, ne reconnaissaient pas d’autre force qui pût le soutenir que celle de la vertu. Ceux d’aujourd’hui ne nous parlent que de manufactures, de commerce, de finances, de richesses, et de luxe même. »

(*) avec cette réserve que la population grecque était composée pour plus de 90% d’esclaves …qui n’avaient aucuns droits dans la gestion de la Cité … Les démocrates grecs ont même tiré au sort ceux qui dirigeraient la Cité… Une piste à suivre ? Le hasard ne serait-il pas plus judicieux dans ses choix que le « vote » ?

Poser la question n’est-ce pas déjà y répondre ?

La question reste: nos élus sont-ils vertueux ??? Et la « démocratie » ne serait-elle devenue qu’un moyen pour quelques uns de confisquer le « pouvoir » à leur seul profit et à celui des proches ??? En Belgique on a même inventé la « démocratie héréditaire des fils et filles de … » et le népotisme (*) est devenu un sport « démocratique » et la tare qui  causera la perte de nos pays…

 

07:42 Écrit par bk212103 dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

26/09/2011

La télévision nuit-elle gravement à la santé ?

 

Selon une étude australienne, chaque heure passée devant le poste réduit l’espérance de vie d’un téléspectateur de 22 minutes

L’abus de télévision ne cause pas uniquement une irritation de la rétine, mais aurait des conséquences bien plus funestes. Selon une étude publiée le 15 août dernier dans le British Journal of Sports Medecine par des chercheurs australiens de l’Université du Queensland, chaque heure passée devant le petit écran réduit l’espérance de vie de 22 minutes du téléspectateur âgé de plus de 25 ans.

Pour obtenir ce chiffre inquiétant, le docteur Lennert Veerman et son équipe se sont appuyés sur une enquête menée depuis 1999 auprès de 11 000 Australiens âgés de plus de 25 ans par le Bureau des statistiques sur le mode de vie, l’obésité et le diabète. Selon cette étude rendue publique en 2010, une heure de télévision par jour entraîne une hausse de 8 % de mort prématurée.

En appliquant ces résultats à l’ensemble de la population de la même tranche d’âge, les scientifiques en ont déduit que deux heures passées quotidiennement devant le poste réduisaient l’espérance de vie des hommes de 1,5 an et celle des femmes de 1,8 année. En comparaison avec une personne qui ne regarde pas la télévision, un accro du petit écran qui le regarderait six heures par jour doit s’attendre à vivre 4,8 années de moins.

L’inactivité physique générée par cette occupation serait la cause de cette augmentation de la mortalité, notamment en raison de risques accrus de maladies cardio-vasculaires, selon les auteurs de l’enquête qui s’inquiètent pour les téléspectateurs d’autres pays.

En 2010, les Français ont passé en moyenne 3 h 32 par jour devant leur poste, soit sept minutes de plus qu’en 2009. « Si ces chiffres sont confirmés ailleurs et montrent également une relation de cause à effet, ajoutent les chercheurs, regarder la télévision deviendrait un problème de santé publique comparable aux comportements à risques. »

 

Par comparaison, il est estimé que fumer une cigarette réduit l’espérance de vie de 11 minutes.

 

 

08:12 Écrit par bk212103 dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

11/09/2011

DROITE ET GAUCHE

Historiquement, plusieurs critères permettaient de distinguer la gauche et la droite. De façon extrêmement schématique, sans doute, la gauche pouvait être perçue comme représentative des « masses populaires et laborieuses », pour reprendre une terminologie du parti communiste. La droite, elle, représentait les élites, non pas intellectuelles, mais socio-professionnelles, ou toujours en une terminologie connotée : la « bourgeoisie ».

 

A cette grille de lecture primaire, il est généralement admis que l’on peut ajouter une grille plus fine où la droite serait caractérisée par des valeurs telles que l’ordre, la famille, le pouvoir (au sens de faire, d’agir) plutôt que le connaître, une méfiance vis-à-vis du « hors-normes », et la primauté de l’individu sur le groupe, en d’autres termes la préférence de la liberté à l’égalité de notre devise républicaine. L’adhésion aux croyances chrétiennes est également un marqueur des valeurs de droite.

 

La gauche préfèrerait l’égalité à la liberté, le savoir sur le pouvoir. Attachée à la solidarité, elle soutiendrait la prééminence de l’intérêt général sur l’intérêt particulier. Elle serait également non croyante, et méfiante à l’égard des cultes. A ces lectures encore une fois schématiques, mais fondées historiquement, on pourrait ajouter un certain attrait pour la « valeur argent » de la droite, alors qu’une méfiance vis-à-vis de cette valeur marquerait la gauche. Dans ce contexte, les extrêmes se caractérisent, elles, par une typologie fortement connotée par certains des traits présentés plus haut.

 

Le centre de la vie politique est occupé par une multitude de « petits partis » donc aucun ne se démarque des autres de façon lisible, en termes d’adhésion ou de choix programmatiques. Une caractéristique commune de leurs représentants est leur position d’héritiers de l’union pour la démocratie française, et leur attachement global à ce qu’il est convenu d’appeler la démocratie chrétienne, bien que ce nom s’oppose à leur vision laïque de la société. Distincts du parti au gouvernement, certains éléments du centre (i.e. le nouveau centre) soutiennent la politique de M. Nicolas Sarkozy, alors que d’autres s’y opposent (i.e. le modem de M. François Bayrou).

 

 Cependant, dans le cas de ce dernier, il ressort que son opposition actuelle résulte plutôt d’une analyse - souvent très exacte par ailleurs - de la méthode de gouvernement du Président de la République, de ses excès et, disons-le, de ses dérives. Moins marquées sont les différences politiques, sauf peut être en matière d’analyse des causes de la dette publique. Ceci dit, il serait intéressant de demander à nos concitoyens, dans la rue, ce qui caractérise à ce jour, le paysage politique du centre…

 

Les « extrêmes » se rejoignent, tant on ne peut qualifier d’extrêmes les visions sociales et économiques de l’aile dite « gauche » du PS, ou d’Europe Ecologie - Les verts. Il n’en reste pas moins que l’historique division gauche-droite est probablement passée, cette obsolescence se produisant d’ailleurs de façon concomitante - et pour cause -avec une certaine forme du capitalisme.   

 

07:42 Écrit par bk212103 dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

10/09/2011

Nothomb

Le secret de la dame au chapeau noir ? Elle ne se foule pas. Son lecteur fait de même. La paresse est contagieuse. Un succès d'Amélie Nothomb, c'est toujours une association de glandeurs. Pourquoi changerait-elle ses habitudes? Chaque mois de septembre, depuis vingt ans, elle sort un roman qui se vend à 200.000 exemplaires. Elle a compris que travailler moins, c'est gagner plus.

Avec « Tuer le père » (Albin Michel, 16 euros), elle n'a jamais mieux affiché sa désinvolture. Elle tenait pourtant un bon sujet, même s'il n'est pas neuf. Un grand magicien américain, Norman Terence, marié à une jongleuse de feu, recueille chez lui, dans le Nevada, un garçon de 14 ans, Joe Whip. Il lui enseigne son art et, comme à un fils, lui transmet sa philosophie, qui consiste à «amener l'autre à douter du réel». Il croit former un héritier, il fabrique un tricheur, doublé d'un ingrat.

Voilà, vous savez tout. Amélie Nothomb ne se donne pas la peine d'en faire un roman. C'est seulement la possibilité d'un livre. Ses 140 pages remplies de dialogues sont à la littérature ce que la bande-annonce est au cinéma: une complaisance, un digest, une promo, un gâchis..

 

07:55 Écrit par bk212103 dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

07/09/2011

Anonymat sur Internet

Sensibilisés par la récente tuerie en Norvège, les journaux suédois veulent voir disparaitre de leurs sites internet les messages incitant à la haine. Ils ont donc décidé de mettre fin à l’anonymat.

Les commentaires haineux et anonymes sur le web sont à la une de l’actualité en Suède, après la décision lundi 29 août des trois grands quotidiens Dagens Nyheter, Aftonbladet et Expressen de fermer ou de modifier la possibilité pour leurs lecteurs de faire des commentaires anonymes aux articles. C’est à la suite des attentats en Norvège [à Oslo et à Utoya, le 22 juillet, qui ont fait 77 morts] que le débat sur les commentaires anonymes sur internet s’est intensifiée en Suède. L’Aftonbladet note que l’on pouvait trouver dans la manifeste politique de l’auteur des attentats, Anders Behring Breivik, les mêmes commentaires xénophobes et haineux qui fleurissent dans certains forums en Suède.

Pour plus de transparence, l’Aftonbladet exige que l’on se connecte avec son identité Facebook pour avoir le droit de faire des commentaires. « C’est un premier pas vers un ton plus respectueux dans le discours public », affirme Jan Helin, rédacteur en chef d’Aftonbladet.

Le Dagens Nyheter a choisi de fermer toute possibilité de commentaires pour l’instant, mais envisagent d’exiger que l’identité des internautes soit visible, par exemple par le biais d’un compte Facebook ou une adresse e-mail possible à vérifier.

Le rédacteur en chef du site de anonymat.jpgDagens Nyheter, Björn Hedensjö, regrette d’être obligé de prendre ces mesures: « L’idéal est bien entendu d’avoir un débat libre et ouvert qui n’a besoin d’aucune modification. Mais les forums sont utilisés par de petits groupes de personnes qui expriment souvent des opinions racistes. »

Cependant, Björn Hedensjö souligne qu’il n’est pas contre le droit à l’anonymat sur l’Internet en général: « La possibilité de rester anonyme sur Internet est un droit démocratique important, ce que nous avons vu dernièrement dans l’activisme sur l’Internet lors des révolutions arabes. »

Le quotidien Expressen, à son tour, a opté pour un système où les contributions des lecteurs sont scrutées par la rédaction avant d’être publiées, transmettant ainsi la responsabilité juridique des textes au directeur de la publication, Thomas Mattsson. Lui aussi évoque néanmoins la nécessité de pouvoir rester anonyme dans certains cas.

 

 

08:18 Écrit par bk212103 dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Cyberguerre

Une opération de cyber-espionnage de très grande ampleur, nommée Shady
RAT
par l'entreprise. Le réseau semble

opérationnel depuis 5 ans, et a touché pas moins de 70 entreprises,
gouvernements et associations à travers le monde.

Shady RAT est peut-être ce
que McAfee affirme, ou pas; ses concurrents Symantec et Kaspersky ne sont pas du même avis. Cependant, on peut s'en
servir pour mettre en évidence la portée et l'envergure d'un type d'opération
de cyber-espionnage ciblant la propriété intellectuelle. Si l'espionnage entre
deux États-nations n'a jamais été perçu comme une raison suffisante de se
déclarer la guerre, jamais un acte d'espionnage classique n'a eu une telle
ampleur. Et si les objectifs stratégiques d'un pays, en termes d'accumulation
de pouvoir, d'influence et de ressources, peuvent aujourd'hui se jouer
virtuellement, le cyber-espionnage ne devrait-il pas être considéré comme un
nouveau type de guerre?

Enfin, arrêtons-nous sur la
dimension cybernétique du conflit entre la Russie et la Géorgie de
2008.

Le 8 août, la Fédération de Russie lançait un assaut militaire contre la
Géorgie. Le lendemain, un forum du nom de StopGeorgia.ru voyait le jour, et
comptait 30 membres –un chiffre qui dépassa au final les 200 individus. Ce
forum réagissait à une escarmouche cybernétique antérieure: en juillet, le
gouvernement géorgien s'était mis à bloquer cyber.jpgles adresses IP russes, après une attaque DDoS qui avait touché et détruit le site du Président géorgien.

Le but de StopGeorgia.ru était de s'en prendre à 37 sites géorgiens de premier plan,
comme ceux du Parlement ou du Ministère de la Défense. En plus de cette liste
de victimes, les administrateurs du forum permettaient à leurs membres de
télécharger des kits DDoS, et leur expliquaient comment mettre au point des
attaques plus sophistiquées, comme une injection SQL.

 

Ces cyber-attaques

commencèrent avec les opérations militaires, et s'arrêtèrent peu après le
cessez-le-feu. Le gouvernement russe n'a jamais admis le moindre lien avec ces
cyber-attaques, arguant qu'elles étaient globalement le fait de citoyens russes
patriotes scandalisés par l'oppression que la Géorgie faisait subir à ses
voisins du Caucase du Sud.

 

08:13 Écrit par bk212103 dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

03/09/2011

SEDUIRE

Vous êtes grosse et moche? C'est que vous y mettez vraiment
de la mauvaise volonté, vu tous les conseils beauté dont on vous abreuve. Depuis
les «20 tentations slim, saines et sun» de Madame
Figaro –
un article publicitaire spécial minceur vantant les mérites de différents
maillots de bain, d'un gâteau aux fleurs (?), d'un illuminateur pour le corps
(??) et d'un raffermisseur électronique (???)– au dossier de Grazia «Bien coiffée même à la plage!»,
en passant par les «10 conseils séduction pour mettre tous les hommes à vos
pieds» de Marie-Claire, vous avez le
choix dans les armes.

Parmi les missions que s'est assignées la presse féminine,
celle d'aider les femmes à seseduire.jpg conformer aux désirs masculins semble être la
principale.

Point de salut hors de la validation par le regard de
l'homme: pour ce faire, dépenser des fortunes en maquillage et en soins de
beauté (= «astuces bien-être») apparaît comme la solution miracle.

C'était bien la peine d'inventer le féminisme. D'ailleurs
certains articles, comme celui qui présente le «test du porte-monnaie»
dans Glamour, enjoignent les
lectrices à évacuer fissa les prétendants un peu trop progressistes au niveau
de l'égalité des sexes.

 

08:09 Écrit par bk212103 dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook