04/10/2011

Le sexting pour les ados

 

Les adolescents d'aujourd'hui sont soumis à une nouvelle pression de taille, le sexting. Selon une récente étude, les jeunes se sentiraient obligés de "sexter".

Les stars le font donc c'est hype et tout le monde doit le faire. Voilà comment raisonne la plupart des jeunes d'aujourd'hui après avoir découvert les fameuses images de stars dénudées comme Rihanna.

Le sexting du nom de cette pratique qui consiste à envoyer des messages érotiques ou des photographies de soi dans des positions très suggestives prend désormais une grande place dans les cours de récré. Selon une récente enquête, sexting.jpgde nombreux jeunes ressentent cette pression continue.

En effet, si les garçons ne participent pas au sexting, ils sont considérés comme gay et rejetés par leurs camarades de classe. Pour les filles, la pression est également plus que présente puisque celles-ci doivent sans cesse répondre de leur expérience sexuelle avec les garçons dont l'échange d'images érotiques par téléphone portable doit servir de "preuve".

Les jeunes oublient cependant un gros détail. Si les stars ont été victimes de "fuite" et que des personnes étrangères ont eu accès à leurs photos et vidéos coquines, le risque est encore plus élevé pour des adolescents.

 

07:41 Écrit par bk212103 dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

19/09/2011

VAMPIRES

Dans un village du sud du pays, une ancestrale coutume conduit toujours les villageois à planter un pieu dans le cœur des morts pour qu'ils ne reviennent pas les hanter.

Amărăştii de Sus est un village aride d'Olténie [une région du sud du pays], bâti, comme n'importe quel village des plaines, autour d'une longue route centrale bordée de maisons soignées, d'un stade "européen" et de quelques tavernes braillardes. La quiétude du village est cependant troublée  par une tradition ancestrale : celle de "tuer" les morts qui se sont transformés en moroi (comme on appelle ici les strigoi, les revenants) et reviennent hanter leurs proches. En Olténie, ce genre de pratiques ancestrale est plus courante que dans toute autre région.

En 2003, plusieurs villageois du village voisin de Celaru ont déterré un mort qu'ils soupçonnaient s'être transformé en revenant, ils ont arraché son cœur, l'ont brûlé, puis ont bu les cendres avec de l'eau. L'affaire a fait grand bruit, six personnes ont été reconnues coupables de profanation de sépulture et ont été condamnées à une peine de prison et à payer des dommages moraux  à la famille. Aujourd'hui tous les morts d'Amărăşti sont piqués "préventivement" dans le cœur ou le ventre avec des pieux durcis au feu, pour qu'ils "ne sortent pas de leurs tombes".

Ce dimanche après-midi, quelques voisins d'une partie pauvre du village papotent sur un banc. Le travail ne presse pas, la récolte de blé a été riche, les provisions pour l'hiver sont engrangées et les animaux somnolent. Lorsque les ragots communaux sont épuisés, les discussions prennent un chemin "underground". "Moi, je n'ai jamais été hantée par les morts parce que je leur ai piqué le cœur à tous, c'est bien comme ça", lance Dumitra, une femme de 71 ans. Elle ne l'a pas fait elle-même, mais a fait appel à des "intermédiaires" plus habitués, qui savent faire preuve de sang froid.

Après la mort, on dit que parfois l'âme du défunt ne se contente pas d'être pleurée durant 40 jours, ou de boire le verre d'eau ou de vin que la famille lui a laissé sur le rebord de la fenêtre, puis de monter au ciel. Dans ces cas, disent les villageois, l'esprit sort de la tombe, devient moroi et retourne à la maison tourmenter sa famille.

08:38 Écrit par bk212103 dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

17/09/2011

LEVE-TOT

Pas facile de sauter de joie quand le réveil sonne aux petites heures. Pourtant, les personnes qui se lèvent tôt sont apparemment plus heureuses et en meilleure santé!

Une nouvelle étude affirme que les personnes qui sortent du lit à 06h58, en moyenne, travaillent mieux, sont moins déprimées, sont moins stressées et ont la ligne plus fine.

"Les gens du matin ont tendance à être en meilleure santé et à être plus heureux. Ils sont également moins gros que ceux qui se lèvent tard", explique un chercheur.

Selon l'étude, les gens qui se lèvent tôt effectuent leurs corvées plus rapidement et conduisent leurs enfants plus tôt à l'école (ce qui paraît logique).

Peut-être que les gens qui sont du matin sont simplement mieux adaptés à notre société industrielle que ceux qui dorment plus tard" tente d'expliquer le chercheur.

En moyenne, les lève-tard sortent du lit à 8h54. Le week-end, les lève-tôt se réveillent à 7h47, contre 10h09 pour les lève-tard.

 

07:35 Écrit par bk212103 dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

15/09/2011

MAIS et ENERGIE

Frappés par la crise, les agriculteurs italiens se convertissent à la culture intensive du maïs pour produire du biogaz, plus rémunérateur. Mais ils se mettent ainsi à la merci des spéculateurs et menacent la biodiversité, dénonce le fondateur du mouvement Slow Food.

Agriculture industrielle. Méditons sur cet oxymore. En son nom, l’homme a pensé pouvoir produire de la nourriture sans paysans et a fini par évincer ces derniers des campagnes. Nous en sommes même aujourd’hui à l’idée qu’il puisse y avoir des champs cultivés sans que des aliments y soient produits : une agriculture sans nourriture. Une agriculture, qui, dès lors qu’elle se base uniquement sur le profit et sur les spéculations, parvient à rendre mauvais tout ce qui peut être bon : la nourriture, les terrains fertiles (qui le sont de moins en moins), mais aussi l’énergie propre et renouvelable. Comme le photovoltaïque, comme le biogaz.

On a parlé de la façon dont l’énergie photovoltaïque peut devenir une machine dévoreuse de terrains et de ressources alimentaires. Aujourd’hui l’heure est aux centrales au biogaz qui exploitent les biomasses, c’est à dire les déchets de l’élevage, l’herbe de fenaison et autres végétaux.

Ces installations seraient idéales mais.jpgpour se débarrasser des déjections, problème récurrent des éleveurs, et autres déchets biologiques, en améliorant leur revenu grâce à une production d’énergie qui peut-être utilisée pour l’exploitation agricole, ou vendue.

Mais si l’affairisme s’en mêle, si des investisseurs qui se fichent complètement que l’agriculture produise de la nourriture et qu’elle le fasse le mieux possible, flairent la bonne affaire et accourent, alors le biogaz peut devenir une malédiction. C’est ce qui est en train d’arriver dans de nombreuses régions de la plaine du Pô, surtout là où il y a de fortes concentrations d’élevages intensifs.

Que se passe-t-il ? De nombreux agriculteurs, aux abois en raison de la crise généralisée du secteur, se transforment en producteurs d’énergie et cessent de produire des aliments. En fait, ils se contentent de cultiver du maïs de manière intensive pour remplir des "digesteurs", générateurs de biogaz.

Des investisseurs les aident et parfois les exploitent. Il y a des fermes d’élevage où les agriculteurs sont payés par ceux qui ont construit les installations pour la culture du maïs : ils sont devenus des ouvriers du secteur énergétique, ce ne sont plus des paysans.

 

07:41 Écrit par bk212103 dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

09/09/2011

TWITTER

 

La révolution, ce n'était pas l'objectif des créateurs de Twitter. Ces trois informaticiens californiens souhaitaient créer une communauté où les abonnés raconteraient leur vie en temps réel, d'où le slogan du réseau : « What are you doing ? » Que faites-vous donc ? Pour éviter les envolées lyriques, ils ont imposé l'adage « faites simple », et une longueur maximum : 140 signes par message.

 

Les journalistes, profitant de l'instantanéité de cet outil, s'en sont entichés depuis le premier procès Clearstream, couvert sur le réseau par « le Nouvel Obs ». Comme vous n'êtes ni journaliste ni dissident chinois, vos messages n'ont pas vocation à changer le monde. Mais s'abonner à Twitter, c'est se placer au cœur de l'événement.

Contrairement à Facebook, il n'est pas question ici d'amis mais d'abonnés (les fameux « followers »).

 

L'idée, c'est de suivre (et d'être suivi) par des stars ou des anonymes. Et les plus ennuyeux ne sont pas toujours ceux que l'on croit. Serena Williams tweete «j'adore danser», et Britney Spears, «j'aime les cheeseburgers ». C'est qui, les nuls ? Vous pouvez sans mal être plus audacieux. Raconter ce que l'on fait, dire ce que l'on pense, voilà à quoi sert Twitter en démocratie. Et ça ne vous empêche pas de militer.

 

Vous êtes prêt à vous inscrire. Pensez à soigner votre look. Par défaut, Twitter affiche comme photo de profil une tête d'oeuf. Pas foufou. Heureusement, vous avez la possibilité de la remplacer par ce qui vous plaît (un slip à trompe, une star de ciné, un éléphant à lunettes, etc.).

 

Une fois le compte créé, bienvenue dans... tweet.jpgle désert. Car RIEN ne se passe. Comme dans « Alien » : « Personne ne vous entend crier ». Vous n'avez aucun abonné. Restez calme. Pour que votre compte s'anime, il vous faut tisser un réseau. Le sésame, c'est le caractère " hashtag "

 

Parlez-vous tweet ?

 

Twîttosphère, Terme désignant la communauté des twittos. Follower.

 

- Verbe (prononcer folowé), désigne le fait de suivre un compte. A l'inverse, « unfollower », c'est enlever un compte de sa liste des personnes suivies.

 

- Et nom commun ( prononcer followeur) ; les personnes recevant les messages d'un compte auquel ils se sont abonnés,à Symbole précédant tout nom d'utilisateur. Le @ est utilisé pour citer une personne ou pour s'adresser directement à elle. R7, Abréviation de retweet, le message d'un tiers renvoyé à ses propres abonnés.

 

Ou « hashtag », Symbole ajouté à la fin d'un tweet pour préciser un thème auquel on souhaite le voir rattaché.

Timeline (TU. Colonne dans laquelle défilent les tweets des abonnés.

 

DM. Abréviation de Direct Message : messagerie privée de Twitter. FF. Abréviation de Follow Friday. Usage consistant, chaque vendredi, à faire découvrir ses comptes préférés.

 

NSFW, Acronyme de l'expression « Not Safe For Work », traduisible par « Ne pas ouvrir au travail ». Suit généralement un lien redirigeant vers un contenu potentiellement compromettant, souvent erotique.Trending Topics. Classement en temps réel des sujets les plus évoqués par les twittos.

 

08:05 Écrit par bk212103 dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

07/09/2011

TEMPS REVOLUS

 

amstramgram.JPG

 

 

08:34 Écrit par bk212103 dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

22/07/2011

SCANDALES SEXUELS AUX USA

Moins nombreuses et plus prudentes que leurs homologues masculins, les politiciennes défraient rarement la chronique pour des affaires de mœurs.

C’est en levant les yeux au ciel avec un net sentiment d’exaspération que les femmes de la Chambre des représentants ont réagi en apprenant, au début du mois de juin, qu’un nouveau scandale venait d’éclabousser l’un de leurs collègues masculins, le député Anthony Weiner. Contraint de démissionner le 16 juin, après avoir admis qu’il avait envoyé des photos de lui en petite tenue, via Twitter, à plusieurs jeunes femmes, le député démocrate de l’Etat de New York a reconnu qu’il avait commis “de terribles erreurs” et affirmé qu’il était “profondément désolé pour toute la peine” causée par ses frasques sexuelles dignes d’un adolescent. “Chaque fois qu’éclate un de ces scandales, nous nous regardons les unes les autres en nous disant : mais qu’est-ce qu’ils ont donc dans la tête ? Comment ces types peuvent-ils espérer ne pas se faire prendre ?” lâche Candice Miller, députée républicaine du Michigan.


Il serait facile de réduire ces histoires à de simples poussées de testostérone, de dire qu’il existe un lien intrinsèque entre sexe et pouvoir. Certains en arrivent même à conclure que les femmes actives n’ont tout simplement pas le temps de tromper leur conjoint. “Quand je suis chez moi en train de changer les couches, je n’ai vraiment pas la tête à ça”, a déclaré un jour Kirsten Gillibrand, sénatrice démocrate de l’Etat de New York. Mais il pourrait bien y avoir une autre explication. Les chercheurs pointent une différence significative dans la façon dont les hommes et les femmes briguent le pouvoir. Les femmes se présentent moins facilement que les hommes à des postes électifs et le font pour des raisons différentes. Qui plus est, très minoritaires au sein de la classe politique, elles sont conscientes d’attirer davantage l’attention sur elles.

Tout cela semble les pousser à se comporter différemment une fois élues. “En résumé, les femmes se présentent pour faire quelque chose, tandis que les hommes le font pour devenir quelqu’un”, explique Debbie Walsh, directrice du Center for American Women and Politics [Centre d’études sur les femmes et la politique] de l’université Rutgers. “Les femmes se présentent parce qu’elles se soucient de l’intérêt public, parce qu’elles veulent apporter des changements, parce qu’elles ont une priorité. Les hommes ont plutôt tendance à se présenter à ces postes pour faire carrière.”

Les études montrent que les femmes se présentent moins que les hommes à des postes électifs et qu’il est plus difficile de les convaincre de le faire, même à diplômes équivalents et à compétences égales.
Lescandidatsmasculinsont davantage tendance à se considérer “tout aussi capables que les élus en poste”, explique Jennifer Lawless, directrice du Women and Politics Institute [Institut femmes et politique] de l’American University de Washington. “Les femmes, elles, se mesurent à un candidat idéal qui n’existe pas.”

C’est pourquoi, en dépit des nets ­progrès accomplis par les femmes, la politique reste essentiellement une affaire d’hommes.

 

11:16 Écrit par bk212103 dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook