06/06/2011

Tahar Ben Jelloun analyse le printemps arabe

Tahar Ben Jelloun publie deux livres sur le printemps arabe. L'un est un hommage au martyr tunisien Mohamed Bouazizi, l'autre une analyse des révolutions en marche.

"Ces ouvrages ont été écrits à chaud, face à ce mouvement historique, cet immense mur de Berlin qui tombe et a eu un effet libérateur un peu partout dans le monde. Dans les autres pays arabes bien sûr, mais on le voit aussi aujourd'hui en Espagne", a déclaré Tahar Ben Jelloun lors d'un entretien téléphonique avec l'AFP.

L'auteur regarde aussi vers l'avenir... et du côté de notre continent : "les pays européens doivent s'attendre "à ce que leur jeunesse délaissée (...) trouve dans le vent de liberté arabe un appel à se soulever. Mépris et racisme finissent toujours par être contre-productifs", écrit-il. Il lui adresse aussi un message: "Ce que je demande à l'Europe, c'est d'être plus attentive au Sud économiquement et politiquement. C'est la meilleure façon de limiter l'immigration clandestine, mieux que la répression".

Une confiance en la nouvelle génération

"Le printemps arabe a libéré les volontés. Si les Arabes ont fait ça, on peut le faire... J'ai même entendu un Espagnol dire : "pour la première fois, les Arabes nous ont étonnés !" ajoutait l'écrivain.

L'auteur estime que "ce printemps signe aussi la défaite de l'islamisme". Et montre sa confiance en ceux qui ont initié le mouvement. "La nouvelle génération a ceci de particulier: elle n'a pas peur !"

L'essai s'interresse également aux révolution en cours. Sur celles-ci, il se montre plus pessimiste. "En Libye, c'est un scénario bloqué, cela ne s'arrêtera qu'avec la mort d'un individu ou sa fuite... L'intervention (occidentale) était nécessaire mais elle est arrivée un peu tard", note l'écrivain.

"En Syrie, c'est encore différent, c'est un système du type ancienne Europe de l'Est, les militaires ne bougeront pas. Jusqu'au jour où un officier supérieur dira "basta". L'Europe n'interviendra pas, le contexte de la région est trop compliqué. En attendant, c'est le peuple syrien qui paye", souligne Tahar ben Jelloun.

 

07:31 Écrit par bk212103 dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

02/06/2011

GENTLEMAN

Pour être un galant homme, rien de plus simple, il suffit de respecter à la lettre les huit commandements prescrits par Laurence Caracalla dans son Savoir-vivre pour les nuls :

- Un gentleman laissera sa place à une femme dans le bus, le métro...

- Un gentleman entrera en premier dans un restaurant (au cas où l'endroit serait un bouge).

- Un gentleman aidera une femme à retirer ou à enfiler son manteau.

- Un homme tirera légèrement le siège pour inviter une femme à s'asseoir. Il la laissera s'installer sur la banquette. Sinon, il lui proposera de s'asseoir dos au mur et face à la salle de restaurant.

- Un gentleman se lèvera lorsqu'une femme gentle.jpgarrive après lui à sa table ou si elle se lève au cours du dîner pour se repoudrer le nez. (Il peut seulement esquisser le mouvement.)

- Un gentleman laissera la femme choisir en premier les plats, mais c'est lui qui passera la commande au maître d'hôtel.

- Un gentleman servira toujours la femme de vin au cours d'un dîner (une femme ne devrait même pas toucher la bouteille).

- Un gentleman pourra faire quelques compliments discrets à une dame sur sa toilette (mais ne fixera pas toute la soirée son décolleté).

 

Facile, non ?

 

07:38 Écrit par bk212103 dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook