19/05/2011

JUSTICE et " ALL IN "

Faudra s’y faire. La justice belge assortira désormais ses peines d’un séjour «all in» dans des lieux bien à l’abri de la colère des parents des victimes, par exemple.

Libérable, Michèle Martin s’en va retrouver Roger Vangheluwe dans un couvent, en France. Ils pourront soupirer ensemble sur la dureté des temps. Vangheluwe, le pauvre, aurait tant voulu montrer sa tenue de nonette à la Gay Pride – une justice aveugle et impitoyable l’en empêche.

Les monastères et les églises se vident ? Qu’importe ! On y importe des pédophiles, des voyous, des crapules comme Martin.

Car il n’y a pas d’autre terme pour qualifier ce monstre qui nous la joue sainte-nitouche, victime qu’elle serait de Dutroux. Elle s’envoyait en l’air avec le tueur pendant que des enfants agonisaient dans la cave. Elle n’a même pas pensé à leur servir un verre d’eau.

Paraît qu’elle a un «plan de réinsertion». Nous vous le révélons. En prison, elle a «rencontré Dieu» – ça ne mange pas de pain et, dans certains milieux, ça vous a une certaine allure. A présent, dans son couvent, sœur Michèle du Calvaire (des autres) va écrire un bouquin où elle racontera l’histoire de sa rédemption. Elle trouvera certainement un éditeur à la Luc Pire pour publier ce torchon.

Ca lui rapportera des thunes, qu’elle fera verser à une société qu’elle aura eu soin de créer. De cette manière, on ne pourra pas attribuer ces sommes aux parties civiles, qui n’ont toujours pas vu l’ombre du premier euro de réparation.

Elle fera des tournées de conférence (sauf à Marcinelle, Charleroi et autres lieux où la salope a sévi et a été condamnée à plusieurs reprises), payantes, bien entendu. La gorge serrée, elle demandera pardon aux victimes et elle souhaitera à leurs familles de ne jamais connaître ce qu’elle a connu, elle Michèle Martin : la haine, le harcèlement d’une presse se transformant en chien furieux et autres avanies indignes d’un état démocratique.

Pendant ce temps, les victimes et les familles des victimes sont condamnées à vie. Julie, Melissa, An, Eefje et tant d’autres seront des enfants pour l’éternité. Des Martin et des Dutroux les ont empêché de vivre et de devenir adultes.

Et que dire de cet adulte, handicapé à 90 % et à vie, victime d’une agression dans la station de métro Delta, en 2007. Un des voyous, condamné à 8 ans de détention, vient d’être remis en liberté. Il porte un bracelet électronique. De qui se moque-t-on ? Si on avait imposé le bracelet à Michèle Martin, on n’aurait pu constater qu’une conduite exemplaire. Elle n’aurait pas quitté son domicile. Et pour cause : les victimes étaient dans la cave.

 

08:14 Écrit par bk212103 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

18/05/2011

UNION EUROPEENNE = DICTATURE

 

Il est facile de tourner en dérision ces inepties publiques, manigancées au nom de l'Europe par des bataillons de fonctionnaires en majorité grassement payés. En revanche, il est quasiment impossible de se retrouver dans la jungle des commissions, secrétariats, directions générales et autres institutions et organismes sans nombre qui se sont implantés et ont prospéré à Bruxelles ou au Luxembourg.

Qui connaît par exemple l'EU-OSHA, chargée des questions liée à la sécurité et à la santé sur le travail ? L'institution emploie 64 collaborateurs, dont les activités sont contrôlées par 84 conseillers d'administration. D'autres questions ?

Il est d'abord divertissant, puis assommant de recenser les absurdités d'une bureaucratie bruxelloise débridée. Et cela ne nous avance guère. Enzensberger se penche sur l'absence de légitimité d'une machine bureaucratique qui, pour et au nom des citoyens européens, promulgue des textes de loi et des règlements – qui doivent représenter quelque chose comme 150 000 pages à l'heure qu'il est – mais qui fait fi des règles de base de sa propre constitution, comme le montre régulièrement le traitement réservé au pacte de stabilité et de croissance.

La thèse centrale de Hans Magnus Enzensberger prend pour cible la conception bruxelloise de la démocratie : grisée par son pouvoir réglementaire, l'UE développe des caractéristiques de plus en plus autoritaires.

Avec [l’essayiste autrichien] Robert Menasse, il soulève enfin la question de savoir si la démocratie classique telle que la conçoit Bruxelles est encore un engagement ou bien si elle n'est plus considérée que comme un obstacle contre lequel il faut œuvrer sans relâche. L'Union européenne est en passe de mettre ses citoyens sous tutelle. Et cela, seuls les Européens peuvent l'empêcher.

 

10:44 Écrit par bk212103 dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

16/05/2011

KIRGHIZISTAN. Fin des Mausolées

Dans les années 1920-1930, le pouvoir soviétique s'est progressivement implanté en Asie centrale. Les Kirghizes se sont sédentarisés. Malgré la nouvelle idéologie égalitariste, ils n'ont pas renoncé à leurs traditPied de nezions, et ont même généralisé des usages jusque-là réservés aux personnalités les plus importantes.

Ainsi, à l'extérieur des aouls [villages], ils se sont mis à édifier de véritables nécropoles. Se souvenant du temps des yourtes, certains en ont recréé en plus petit pour les tombes de leurs parents, en fer forgé, semblables à des cages à oiseaux qui se couvrent de fleurs au printemps. Dans un autre style, certains mausolées parmikirkhi.jpg les plus somptueux pouvaient comporter une entrée, avec un banc, à l'image des tombes de personnalités du XIXe siècle comme on peut en voir au Père-Lachaise.

Différentes influences se sont mélangées. Les Russes ont amené la tradition de faire figurer sur les tombes un portrait gravé du défunt. On peut aussi voir, à côté du croissant, l'étoile à cinq branches [soviétique].

Le croissant est à la fois un symbole musulman et la représentation plus ancienne de la lumière dans les ténèbres. “Le système soviétique n'avait induit aucune égalité, la société était restée très différenciée. Si quelqu'un avait un proche au pouvoir, il avait un tombeau énorme. Il en va de même aujourd'hui. Si vous avez de l'argent, vous vous devez d'offrir à vos parents un mausolée grandiose, pour prouver que vous êtes un bon fils, ou une bonne fille”.

Depuis la dépression de ces vingt dernières années [depuis l'indépendance du pays, qui dépendait énormément du soutien du reste de l'URSS], la plupart des tombes récentes ne comportent plus que de simples dalles ou des silhouettes de yourtes en fer forgé. Les familles ne peuvent se permettre mieux.

Un graveur déplore ne plus avoir de commandes pour décorer des monuments funéraires élaborés. Il en est réduit à gagner son pain en gravant, pour l'équivalent de quelques dollars, des noms sur du métal qu'il récupère sur un chantier à l'abandon près de Bichkek.

Mais dans des paysages vallonnés qui demeurent prodigieux, on peut toujours contempler des tombes qui rappellent des Déçutemps plus prospères.

07:41 Écrit par bk212103 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

13/05/2011

POPULIMES EN FORME

Dominique Reynié a une thèse : nous assistons à la montée d'un populisme de type nouveau, le "populisme patrimonial", fondé sur la défense virulente d'un patrimoine matériel mis en cause (le niveau de vie) et d'un patrimoine immatériel menacé (le style de vie).

En clair, le populisme du XXIe siècle prospère sur la crise économique et sur l'immigration. Le chômage et la précarité pèsent sur le pouvoir d'achat et obscurcissent l'avenir. La vitalité de la religion musulmane inquiète d'autant plus que populisme.jpgla pratique religieuse chrétienne diminue fortement.

L'Europe étant le continent le plus atteint par la crise économique et celui où l'immigration est la plus forte (plus qu'aux Etats-Unis, nous précise l'auteur), le populisme y progresse sans cesse. Il le fait dans les pays européens les plus prospères comme dans les plus atteints, dans les pays de tradition catholique ou orthodoxe comme de tradition protestante.

La xénophobie, la peur de l'islam, la crainte du déclassement individuel et collectif, le rejet du multiculturalisme se retrouvent partout. Reynié distingue certes les populismes de séparation (Italie du Nord, Flandre belge), qui rejettent toute solidarité avec les provinces moins privilégiées de leur propre nation (Mezzogiorno ou Wallonie), des pays où l'extrême droite stricto sensu se renforce (Hongrie, Slovaquie, Roumanie).

Il tend cependant à trop généraliser le phénomène et omet d'expliquer pourquoi certains pays y résistent mieux que d'autres, comme l'Espagne. L'explication par le mode de scrutin législatif n'est pas très convaincante, puisque la Grande-Bretagne est adepte du scrutin majoritaire à un tour et l'Allemagne du scrutin en fait proportionnel.

"Populismes : la pente fatale", de Dominique Reynié (Plon)

 

08:07 Écrit par bk212103 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

12/05/2011

SE MARIER A L'EGLISE

 

Cette évolution personnelle que constatent les couples accompagnateurs, Audrey, Bordelaise de 28 ans, l’a vécue. Non baptisée et se définissant comme athée, elle avait accepté au départ de se marier à l’église « pour la beauté de la cérémonie » et « par amour » pour Ludovic, catholique convaincu mais non pratiquant.

Aujourd’hui, elle ne regrette pas son choix. Elle a été séduite par la personnalité du prêtre – le premier qu’elle rencontrait dans son existence – qui les a reçus « un peu comme chez nous ». « Au cours des cinq réunions de préparation au mariage, nous avons beaucoup parlé de valeurs et je me suis retrouvé dans celles prônées par la religion catholique, comme la fidélité, l’amour de son prochain, la générosité. Cette expérience m’a ouvert les yeux. »

Au point qu’elle n’exclut pas d’entamer une démarche pour demander le baptême, étape supplémentaire dans son cheminement : son fils Louis, 2 ans, sera baptisé le jour du mariage.

Chez les couples pratiquants, la préparation au mariage marque aussi un approfondissement, plus spirituel peut-être. La réflexion porte moins sur les « valeurs » que sur les quatre piliers du mariage : fidélité, indissolubilité, liberté et fécondité.

« J’ai apprécié d’en discuter avec Anne-Lise, ma future femme, mais aussi avec les couples présents durant la préparation », remarque Ronan, 38 ans, consultant en communication, qui se mariera en septembre en Bretagne.

Élevé dans un milieu catholique, il considère marier.jpgque l’union devant Dieu est aussi une manière de « reproduire ce qu’ont réalisé avant nous nos parents et nos grands-parents et de maintenir ainsi les liens qui nous unissent avec eux ». En d’autres termes, il s’agit, comme l’affirment de nombreux couples catholiques pratiquants, d’inscrire sa future famille dans la foi chrétienne.

Ainsi, Renaud, 30 ans, médecin dans un centre anti-cancer à Caen, ne nie pas les aspects esthétiques de la cérémonie religieuse – y compris la robe blanche de la mariée et l’entrée de la jeune femme au bras de son père, souvent citées en riant comme faisant aussi partie des motivations secondaires ! – qui s’ancre dans cette tradition importante pour la quasi-totalité des couples.

Mais c’est bien « devant Dieu » qu’il a souhaité se marier, tout comme Maud, commerciale de 26 ans à Grenoble, veut affirmer devant toute l’assistance « l’importance du sacrement ». Un terme qui n’est employé que chez les couples les plus pratiquants…

 

07:16 Écrit par bk212103 dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

10/05/2011

L’élévation des océans

oceans.jpg

Un rapport du Programme de surveillance et d’évaluation de l’Arctique (Amap), publié mardi 3 mai à Oslo, revoit à la hausse les prévisions du niveau des océans, qui pourrait augmenter de 0,9 mètre à 1,6 mètre d’ici à 2100.

Les responsables du Programme de surveillance et d’évaluation de l’Arctique (Amap), dépendant du Conseil de l’Arctique, viennent de publier un rapport revoyant à la hausse les estimations de la montée du niveau des océans due au réchauffement climatique induit par les gaz à effet de serre.

« À l’avenir, le niveau mondial des océans pourrait augmenter entre 0,9 et 1,6 mètre d’ici à 2100, et la perte des glaces des glaciers arctiques, de la calotte glaciaire et de l’inlandsis du Groenland apporteront une contribution substantielle » à cette élévation.

On s’attendait déjà à une montée des eaux due en partie à la fonte des glaces, avec une dilatation de l’eau sous l’effet de la température.

D’après le dernier rapport de 2007 publié par les climatologues du Groupe intergouvernemental d’experts de l’ONU sur l’évolution du climat (Giec), le niveau marin pourrait s’élever d’environ 0,20 m à 0,60 m. Mais, cette évaluation ne prenant pas en compte la fonte des glaces des pôles, il n’est pas étonnant aujourd’hui de pouvoir dire que l’augmentation sera plus grande.

Selon le rapport, la fonte des glaces de l’Arctique et du Groenland a « contribué pour plus de 40 % à la hausse globale du niveau de la mer d’environ 3 mm par an observée entre 2003 et 2008 ».

 

07:51 Écrit par bk212103 dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

09/05/2011

DOMINATION MASCULINE ? A VOIR...

Le phallocentrisme oublie toute nourriture affective de l’homme pour son congère masculin et de ce fait, l’homme se fait encadrer : schématiquement, l’homme a peur de la castration, l’homme a une relation fusionnelle avec sa mère et ne rêve que revenir vers elle et le comble, il y aurait un gène de l’homosexualité.

L’homme ce producteur de sperme et de symbole. En gros, si l’homme ne donne rien, ce n’est pas un homme.

L’auteur oublie les représentations masculines et notamment les cosmogonies mettant en scène Thor et Jor (qui donne Jeudi en français), dieu associé à l’éclair qui représentait archaïquement une forme de fécondation.

Chose vraie si on en croit certaines recherchemale.jpg sur les éclairs (dont la capacité d’ionisation peut permettre de créer les molécules pour amorcer le processus de dispersion de la vie). Ces éclairs sont issus des interactions vent solaire/champ magnétique terrestre ce qui signifie que sans structure symboliquement masculine, la vie ne peut pas apparaitre. Ce qui signifie (et la génétique le montre) que l’homme joue un rôle très important dans le processus de vie même s’il ne porte pas le fœtus.

Dans la même veine, la domination masculine est poussée à son paroxysme. Il associe subtilement l’immense progrès médical (échographie … ) à une forme de domination masculine pour s’approprier le féminin et ses « secrets » sur la vie oubliant là aussi que les professions médicales sont maintenant très féminisés (vous avez dit domination ?) à plus de la moitié.

La domination masculine est vue comme un invariant historique oubliant les violences inhérentes aux structures matriarcales.

En ce sens, la dyade mère-fils peut vu non pas comme un lieu de jouissance permissive mais comme une toute puissante de la mère qui colonise l’esprit de l’enfant pendant la grossesse et après laissant des structures comportementales archaïques. Cette interaction n’est pas évoquée dans le sens mère-enfant mais plutôt enfant-mère.

En l’état actuel de la recherche et de l’idéologie, il est impossible de trancher sur le développement psychoaffectif des enfants puisqu’il n’y a aucune vision systémique globalisante.

 

07:33 Écrit par bk212103 dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook