04/01/2012

LA VIE

La vie, c’est une vaste connerie ! On l’impose à chacun de nous, sans que nous ayons notre mot à dire ! Ce n’est pas un cadeau que l’on nous fait. En nous la donnant, on nous en donne tous les emmerdements en même temps que la certitude de la mort. Cette mort qui, à elle seule, suffit à faire pencher, même dans les meilleurs cas, la balance du mauvais côté. Nous naissons l’angoisse au cœur.

Nous ne savons ni d’où nous venons, ce qui curieusement ne nous importe guère, mais surtout ni où nous allons, ce qui nous inquiète tous au plus profond de nous-mêmes. Lancés dans l’aventure, nous devons faire, bon gré mal gré, notre che­min. Certains le font la peur au ventre jusqu’à la dernière minute, avec toujours pour unique horizon la hantise de la mort.

Les autres, pour échapper à cette inquiétude, n’ont qu’un seul recours, celui de l’insouciance. Ceux-là font leur chemin comme s’il ne devait jamais finir, souvent en égoïstes et surtout sans chercher à s’émouvoir de ce qui arrive autour d’eux.

 

 

Exactement comme si tous les périls étaient réservés aux autres et ne pouvaient jamais les atteindre. Moi-même, j’ai essayé un certain temps de comprendre, puis j’ai fait comme beaucoup d’autres. Je vis…Heureusement que j’ai un pilier religieux !

 

 

10:06 Écrit par bk212103 dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.