31/12/2011

L’Intelligence des Evénements

 « l’Intelligence des Evénements » c’est comme  « la respiration de l’Histoire »… J’ai interrogé une vingtaine d’amis afin de percevoir ce que cette expression signifiait pour eux. Il est bien évident que les événements n’ont pas d’intelligence.

 

On peut cependant  tenter de percevoir la décision, l’incident , l’erreur qui, à un moment , a provoqué, parfois très longtemps après, une suite d’événements qui ont déterminé notre présent et détermineront notre avenir. Une décision qui pouvait sembler la meilleure du moment engendrera parfois les pires catastrophes. Cela pourrait s’appeler aussi « l’effet papillon »… D’autres diront « d’ amalgame ». Il faut aussi se poser la question : était-ce vraiment un « accident de l’Histoire » et  se dire « ce n’est pas un hasard si … » …

 

On atteint la limite de la croyance, de la science fiction avec le rêve de remonter le temps et d’y donner « le coup de pouce » qui aurait permis ou évité … Si c’était à refaire. Mais n’était-ce pas « le sens de l’histoire » et  « cela ne devait-il pas arriver ? »…

 

C’est par hasard et surtout par défi que j’ai  recherché James W. CARROLL, premier soldat américain entré à Bon-Secours/Péruwelz le 3 septembre 1944.  Après l’accueil  - digne d’un Roi- que toute la population lui avait réservé en mai 1995, James est revenu parmi nous tant que sa santé le lui a permis. En juillet 2000 nous sommes  même allés lui rendre visite en Alabama avec un « Liberty Convoy » d’une vingtaine de WWII vehicles dont un Sherman et un Stuart… Avec le temps cette commémoration a évolué pour devenir une véritable leçon d’histoire. Nous rendons honneur à tous Ceux à qui nous devons notre liberté et de plus, par le rappel de l’histoire, nous tentons de bien mettre en évidence ce qu’une journaliste a écrit à propos du Remember Day : « l’Intelligence des Evénements ». 

 

Aller plus loin qu’une « commémoration », qu’un « défilé de véhicules », que la présentation d’un « musée vivant » et expliquer que ce n’est pas un hasard si le dimanche 3 septembre 1944 au matin un jeune Américain est arrivé chez nous sur sa Harley … Le temps passé est ainsi au service de l’avenir.

 

Sans remonter à cette présence romaine qui séparait le nord et le sud du territoire devenu la Belgique et nous amène finalement au problème du Bazar de l’Hôtel de Ville on peut cependant entrevoir …

 

Ce 9 novembre 2009 on fêtait le 20ème anniversaire de la « Chute du Mur ». Des historiens considèrent que la date du 9 novembre 1989 correspond à la fin de la seconde guerre mondiale. Quels événements, quels enchaînements de faits ont précipité le monde dans la guerre industrielle de 1914-1918 ? Où était la racine du mal qui allait détruire toutes les espérances d’un siècle s’ouvrant au progrès ? L’Alsace Lorraine : la France voulait récupérer ces territoires. C’est pourquoi ils ont tué Jaurès. Suivons la trace, le fil rouge : 1870. Napoléon III qualifié de « Petit » perd la guerre, l’Empire Allemand est créé à Versailles, l’Alsace et la Lorraine (re)deviennent allemands. La première guerre mondiale  remodèle l’Europe et en détruit les fragiles équilibres. L’Allemagne –dont le territoire n’a jamais été conquis par la France ou la Grande Bretagne- est occupée, vaincue et humiliée. Les dettes de guerre et la crise de 1929 amènent Hitler au pouvoir (*). Après être (re)devenus français en 1918, les Alsaciens-Lorrains (re)deviendront allemands de 1940 à 1945.  Allons plus loin …

 

C’est Louis XV qui, en 1736 avait fait donner en viager les Duchés de Lorraine et de Bar à son beau-père, roi déchu de Pologne. Ces Duchés devant revenir à la France au décès de Stanislas Leszezinski, roi de Pologne. Ces possessions nouvelles facilitaient la liaison avec l’Alsace... De 1736 à la chute du mur de Berlin et la grande réconciliation franco-allemande au sein de l’Union Européenne, symbolisée avec éclat le 11 novembre 2009 par la Chancelière d’Allemagne et le Président français ranimant la flamme à l’Arc de Triomphe, y aurait-il donc un fil rouge, de Louis à Angéla et Nicolas ?

L’Empire allemand combattait sur deux fronts durant la première guerre mondiale. Afin de pouvoir mettre la totalité de l’effort de guerre à l’ouest il fallait neutraliser la Russie tsariste. D’où l’idée d’y provoquer la révolution. C’est ainsi que les Allemands amenèrent Lénine de Suisse « dans un wagon plombé ». Lorsque Lénine débarqua du train le 3 avril 1917 à la gare de Finlande à Petrograd, il fut accueilli par des milliers de travailleurs enthousiastes. Les dirigeants mencheviks et socialistes-révolutionnaires étaient présents, avec à leur tête Tchkheidzé. Lénine leur tourna le dos car ils avaient capitulé devant le gouvernement libéral et soutenaient l’effort de guerre. Il s’adressa alors à la foule d’ouvriers et de soldats qui l’acclamaient: la Russie n’a pas besoin d’une démocratie parlementaire si elle dispose déjà d’une démocratie ouvrière. «Tout le pouvoir aux soviets!» … On connaît la suite. En tirant le fil rouge on peut en percevoir toute la « richesse ».

Le 30 janvier 1933 Hitler est nommé Chancelier d’Allemagne par le Président Hindenburg.  Les Nazis s’emparent du pouvoir grâce au soutien de la droite conservatrice : l’ancien Chancelier von Papen lui accorde son appui, par peur du communisme et des troubles sociaux. Le parti national socialiste était alors en perte de suffrages, il ne représente « plus que » 33,1% des voix alors qu’il avait culminé à 37,3%. La crise économique de 1929 et l’humiliation du diktat de Versailles ont aussi grandement aidé Hitler… Reprenons le fil rouge : première guerre mondiale, Lénine et son wagon plombé, l’accession de Hitler au pouvoir grâce au soutien de  la droite allemande et des milieux industriels et d’affaires qui craignent le communisme … Cela mène à la seconde guerre mondiale, à la défaite allemande et finalement l’Europe de l’est séparée par un « rideau de fer » comme le prédit déjà Winston Churchill dès le 5 mars 1946 (discours de Fulton).

 

Question à ne pas poser : et si Hitler n’était pas devenu Chancelier d’Allemagne ? Staline se serait-il emparé de l’Europe de l’Atlantique à l’Oural ? Merci Guillaume ! N’oublions jamais ces paroles –toujours d’actualité- de Joseph Goebbels « Cela restera toujours l’une des meilleures farces de la démocratie d’avoir elle-même fourni à ses ennemis mortels le moyen par lequel elle fut détruite »

Le Président Giscard d’Estaing à l’origine du premier conflit nucléaire du 21ème siècle ? En 1978 la France recueille Rouhollah Mousavi Khomeini à Neauphle-le-Château. Autour de l’exilé va se préparer sa prise du pouvoir en Iran, grâce à l’aide de la Lybie, de l’OLP, du Liban, de la Syrie… Sans doute, dans sa naïveté, Giscard y voyait-il le moyen de réduire l’emprise américaine sur (le pétrole de) l’Iran ? Dès le retour de Khomeini en Iran le Shah, ami fidèle de l’Occident, est lâchement abandonné et Khomeini prend le pouvoir le 11 février 1979. Nous avons vécu la suite avec l’installation d’un des régimes islamistes les plus rétrogrades et totalitaires du monde.  Aujourd’hui, le Président Mahmoud Ahmadinejad refuse d’abandonner son programme d’armement nucléaire … On peut aussi s’interroger aussi sur l’intervention des Etats-Unis en Irak. En détruisant le régime totalitaire de Sadam Husein nous avons donné un nouvel espace à l’intégrisme islamiste chiite… Le monde craint une frappe israélienne sur les installations nucléaires iraniennes. L’accueil d’un exilé il y a trente années et le manque total de perspective politique du Président Giscard d’Estaing ont ainsi  consacré l’hégémonie de l’islamisme chiite sur cette région du monde… Israël est menacé de destruction, la France vient d’installer une base militaire dans un Etat du Golfe …

 Suivez donc le « fil rouge ». Les « étudiants en religion » … Le traité  soviéto-afghan de 1978 a permis à l’URSS d’intervenir en soutien du gouvernement communiste en Afghanistan.  Ce par crainte de l’expansion islamiste en Iran (…Merci Giscard !!!). Un mouvement de résistance (les moudjahidines) soutenus par les USA (pour qui tout ennemi de l’URSS est alors un « allié »), l’Arabie Saoudite (qui veut isoler l’Iran) et le Pakistan. L’aide extérieure de 35.000 étudiants en religion …les « Talibans » parmi lesquels un certain Oussama Ben Laden rend la situation des troupes soviétiques de plus en plus précaire dans ce pays de montagnes et de tribus rebelles depuis toujours. Ils quittent l’Afghanistan le 15 février 1989 et abandonnent le pays aux luttes entre groupuscules religieux fanatiques. Une fois au pouvoir en 1994 les Talibans plongent le pays jusqu’en 2001 dans un islam fondamentaliste qui réduit la condition des femmes à l’état d’esclaves. On retrouve ensuite Oussama Ben Laden et le Mollah Omar à la base de l’attentat du 11 septembre 2001… Ensuite la seconde guerre du Golfe… L’envoi des troupes de l’Otan en Afghanistan… Vous suivez ? Tout cela a commencé à  Neauphle-le-Château, près de Paris. Merci Giscard… Suite… de 2011…

Le dit « Printemps Arabe » va-t-il donner naissance à de nouvelles Républiques islamistes à l’instar de l’Iran ? La première déclaration du gouvernement provisoire de  la Lybie a été d’annoncer que la  Charia serait la base de la nouvelle constitution. On va donc y couper les mains, fouetter et pendre, lapider, brûler les églises,…  au nom d’Allah !!! Et la contamination atteindra l’Egypte, la Tunisie et le Maroc… Merci Sarko, Merci BHL… Hier Sarko était accueilli en Lybie, entouré de femmes voilées… C’est parti !!! Guère mieux que Giscard. Les chefs d’Etat se succèdent mais l’humaine bêtise prévaut toujours chez les « politiques »…  Et rien n’est encore terminé : Afghanistan, Irak, Ahmadinejad, Pakistan, Israël … Après New York il y a eu Londres et Madrid, les massacres en Algérie, des attentats au Maroc…

 

L’Islam intégriste, chez nous aussi ! Parmi les kamikazes des attentats du 11 septembre 2001 se trouvaient trois « fidèles » de la Mosquée de Hambourg. Des « gens ordinaires ». Ne sont-ils pas les plus dangereux ? L’imam salafiste Mohamed Fazazi y prêchait un islam radical. Chez nous c’est par l’innocence d’un voile porté par des jeunes filles que l’islam marque de la manière la plus ostentatoire sa volonté de mainmise sur notre société. Les minarets suivront-ils bientôt ? Et on peut s’interroger sur « l’intelligence » de cet événement qu’a été l’élection d’une jeune musulmane qui siège maintenant voilée dans un Parlement, au cœur de l’Union européenne. Merci Louis XV… Merci Guillaume… Merci Giscard … Merci Joëlle Grande Prêtresse de l’Humanisme, Merci Philippe, grand Mufti de Molenbeek…

 

N’oublions pas que c’est  la droite catholique qui avait permis à Hitler d’accéder démocratiquement au pouvoir en 1933, que la lâcheté de Munich avait généré la seconde guerre mondiale.  Près de 80 ans après, et des dizaines de millions de morts, on n’a –hélas- pas encore compris qu’il fallait posséder la volonté et le courage  de défendre ses convictions…

 

(*)« Il ne faut jamais oublier que Hitler est arrivé

au pouvoir en Allemagne grâce au bulletin de vote du peuple »

Pasteur Michel Roehrig

Repris de « les Sept de Spandau » (Laure Joanin-Llobet)

08:44 Écrit par bk212103 dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.