07/12/2011

La paix est peut-être plus en danger que jamais

Nous vivons un moment tragique de l'Histoire. Nous sommes peut-être au seuil d'une grande tragédie. Sait-on ce que nous réserve la mondialisation de la terreur?
 
Sait-on où les terroristes vont frapper et comment? Donc, évidemment, la paix est en danger, peut-être plus que jamais. Cette guerre contre le terrorisme, si on ne la gagne pas, peut déclencher une guerre atroce. Les données, les composantes, les acteurs sont là. C'est une guerre d'un type nouveau parce qu'elle est anonyme, sans visage.

C'est la misère, la pauvreté, l'ignorance, la haine, surtout la haine. Et bien sûr le fanatisme religieux. Comment peut-on voir, à la télévision, des parents dire leur fierté d'avoir pour fils un assassin suicidaire et assurer qu'ils continueront à prodiguer les mêmes principes à leurs autres enfants? Les meurtriers ne méritent pas le nom de martyr,terreur.jpg car un martyr meurt pour sa foi mais ne tue pas.
Il faut  que la terreur cesse pour pouvoir commencer à parler de la terreur, que la mort cesse pour que l'on puisse parler de la mort. Pourtant, au Moyen-Orient, je ne sais pas pour l'instant où l'on va, je ne sais pas s'il faut garder espoir ou céder au désespoir.

 La notion de guerre préventive? Tout dépend si c'est une guerre juste ou non. Si l'on avait fait une guerre préventive contre Hitler, on aurait épargné les quelque 60 millions de morts de la Seconde Guerre mondiale. Si l'on arrive à la conclusion que la guerre contre l'Irak est une guerre juste, car Saddam Hussein met en péril l'humanité avec ses armes biologiques, alors on peut la livrer préventivement.
La paix, c'est d'abord un état d'âme, cela se passe dans le cœur. Il faut être prêt. Et pour cela, il faut avoir beaucoup souffert. La paix advient souvent quand les deux parties sont fatiguées d'avoir trop pleuré, d'avoir trop été au cimetière. La guerre de Trente Ans s'est arrêtée parce qu'ils étaient épuisés de part et d'autre. Mais il faut aussi une voix morale qui s'élève, un personnage incontestable et admiré par tous, une sorte d'Einstein qui dise: « Arrêtez! Cela suffit »...Et j'attends cette voix.
 
Elie Wiesel, Prix Nobel de la paix

11:00 Écrit par bk212103 dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.