19/10/2011

Hypersexualisation

Hypersexualisation.jpgSuite à l'hypersexualisation, des jeunes adolescents prennent des positions et comportements sexuels qui peuvent être considérés comme précoces. Dans des publicités et d'autres images, on utilise à l'excès des corps humains (à moitié) nus pour séduire les consommateurs.

À travers les médias, l'industrie met en avant un modèle dénigrant de sexualité, modulé sur des valeurs et des stéréotypes pornographiques: l'homme dominant, la femme comme objet de séduction et de soumission.

Tout comme tant d'autres phénomènes, la sexualité est une construction sociale et diffère en tant que telle d'une culture à l'autre. Cette vision va à l'encontre de l'idée de sexualité comme pulsion naturelle qui est ensuite mal canalisée par la société. La société produit par contre la sexualité, tout en élaborant des normes pour déterminer quand, comment et avec qui la sexualité est souhaitable, voire légale. Ces normes sont en mouvement du point de vue historique, culturel et social.

L'hypersexualisation n'est pas innocente. Elle dégrade l'estime de soi chez les jeunes, qui tentent de copier l'image véhiculée par la publicité et les autres médias. La conscience des différences entre sa personne et ce qui est vu à la télévision, par exemple, peut mener à des dépressions, des troubles scolaires et alimentaires.

Les pratiques des enfants et des adolescents ne sont pas forcément liées à des actes connotés sexuellement. Ainsi, quand une très jeune fille met un string, elle n'associe pas forcément son geste à l'aspect érotique que peut avoir un string aux yeux d'un adulte.

Il convient de développer la capacité d'analyse des jeunes et leur esprit critique en encourageant l'éducation aux médias et au décodage publicitaire. L'éducation à la consommation responsable et raisonnée doit permettre aux jeunes de situer leurs actes de consommation par rapport à leur système de valeur et développer des habiletés au niveau de l'affirmation de soi.

 

10:13 Écrit par bk212103 dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.