19/09/2011

VAMPIRES

Dans un village du sud du pays, une ancestrale coutume conduit toujours les villageois à planter un pieu dans le cœur des morts pour qu'ils ne reviennent pas les hanter.

Amărăştii de Sus est un village aride d'Olténie [une région du sud du pays], bâti, comme n'importe quel village des plaines, autour d'une longue route centrale bordée de maisons soignées, d'un stade "européen" et de quelques tavernes braillardes. La quiétude du village est cependant troublée  par une tradition ancestrale : celle de "tuer" les morts qui se sont transformés en moroi (comme on appelle ici les strigoi, les revenants) et reviennent hanter leurs proches. En Olténie, ce genre de pratiques ancestrale est plus courante que dans toute autre région.

En 2003, plusieurs villageois du village voisin de Celaru ont déterré un mort qu'ils soupçonnaient s'être transformé en revenant, ils ont arraché son cœur, l'ont brûlé, puis ont bu les cendres avec de l'eau. L'affaire a fait grand bruit, six personnes ont été reconnues coupables de profanation de sépulture et ont été condamnées à une peine de prison et à payer des dommages moraux  à la famille. Aujourd'hui tous les morts d'Amărăşti sont piqués "préventivement" dans le cœur ou le ventre avec des pieux durcis au feu, pour qu'ils "ne sortent pas de leurs tombes".

Ce dimanche après-midi, quelques voisins d'une partie pauvre du village papotent sur un banc. Le travail ne presse pas, la récolte de blé a été riche, les provisions pour l'hiver sont engrangées et les animaux somnolent. Lorsque les ragots communaux sont épuisés, les discussions prennent un chemin "underground". "Moi, je n'ai jamais été hantée par les morts parce que je leur ai piqué le cœur à tous, c'est bien comme ça", lance Dumitra, une femme de 71 ans. Elle ne l'a pas fait elle-même, mais a fait appel à des "intermédiaires" plus habitués, qui savent faire preuve de sang froid.

Après la mort, on dit que parfois l'âme du défunt ne se contente pas d'être pleurée durant 40 jours, ou de boire le verre d'eau ou de vin que la famille lui a laissé sur le rebord de la fenêtre, puis de monter au ciel. Dans ces cas, disent les villageois, l'esprit sort de la tombe, devient moroi et retourne à la maison tourmenter sa famille.

08:38 Écrit par bk212103 dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.