19/05/2011

JUSTICE et " ALL IN "

Faudra s’y faire. La justice belge assortira désormais ses peines d’un séjour «all in» dans des lieux bien à l’abri de la colère des parents des victimes, par exemple.

Libérable, Michèle Martin s’en va retrouver Roger Vangheluwe dans un couvent, en France. Ils pourront soupirer ensemble sur la dureté des temps. Vangheluwe, le pauvre, aurait tant voulu montrer sa tenue de nonette à la Gay Pride – une justice aveugle et impitoyable l’en empêche.

Les monastères et les églises se vident ? Qu’importe ! On y importe des pédophiles, des voyous, des crapules comme Martin.

Car il n’y a pas d’autre terme pour qualifier ce monstre qui nous la joue sainte-nitouche, victime qu’elle serait de Dutroux. Elle s’envoyait en l’air avec le tueur pendant que des enfants agonisaient dans la cave. Elle n’a même pas pensé à leur servir un verre d’eau.

Paraît qu’elle a un «plan de réinsertion». Nous vous le révélons. En prison, elle a «rencontré Dieu» – ça ne mange pas de pain et, dans certains milieux, ça vous a une certaine allure. A présent, dans son couvent, sœur Michèle du Calvaire (des autres) va écrire un bouquin où elle racontera l’histoire de sa rédemption. Elle trouvera certainement un éditeur à la Luc Pire pour publier ce torchon.

Ca lui rapportera des thunes, qu’elle fera verser à une société qu’elle aura eu soin de créer. De cette manière, on ne pourra pas attribuer ces sommes aux parties civiles, qui n’ont toujours pas vu l’ombre du premier euro de réparation.

Elle fera des tournées de conférence (sauf à Marcinelle, Charleroi et autres lieux où la salope a sévi et a été condamnée à plusieurs reprises), payantes, bien entendu. La gorge serrée, elle demandera pardon aux victimes et elle souhaitera à leurs familles de ne jamais connaître ce qu’elle a connu, elle Michèle Martin : la haine, le harcèlement d’une presse se transformant en chien furieux et autres avanies indignes d’un état démocratique.

Pendant ce temps, les victimes et les familles des victimes sont condamnées à vie. Julie, Melissa, An, Eefje et tant d’autres seront des enfants pour l’éternité. Des Martin et des Dutroux les ont empêché de vivre et de devenir adultes.

Et que dire de cet adulte, handicapé à 90 % et à vie, victime d’une agression dans la station de métro Delta, en 2007. Un des voyous, condamné à 8 ans de détention, vient d’être remis en liberté. Il porte un bracelet électronique. De qui se moque-t-on ? Si on avait imposé le bracelet à Michèle Martin, on n’aurait pu constater qu’une conduite exemplaire. Elle n’aurait pas quitté son domicile. Et pour cause : les victimes étaient dans la cave.

 

08:14 Écrit par bk212103 dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.