26/04/2011

GUERRE de SECESSION

A l'aube mardi matin dans la baie de Charleston, en Caroline du Sud, le canon a tonné, donnant ainsi le coup d'envoi de la célébration du 150e anniversaire de la guerre de Sécession.

C'est là, le 12 avril 1861 à 4 h 30, que les troupes confédérées ont ouvert le feu sur Fort Sumter, occupé par une garnison de l'Union, déclenchant ainsi une guerre sanglante qui durera 4 ans et ferra plus de 600 000 morts, soit 2 % de la population. Cent cinquante ans plus tard, devant plusieurs centaines de spectateurs, des acteurs portant les deux couleurs d'uniforme ont rejoué la bataille qui s'est terminée par la reddition des Bleus, après 34 heures de bombardement intensif.

Ce n'était là que le prélude à toute une série d'évènements prévus dans les États du Sud sur les quatre prochaines années. Car la guerre de Sécession passionne toujours les Américains.

Pour preuve, les milliers de fans qui se secession.jpgdéguisent en soldat avec tout l'équipement et rejouent inlassablement les batailles célèbres. On en attend 12 000 en juillet en Virginie pour l'anniversaire de Bull Run, première grande bataille, et 25 000 en Pennsylvanie, en 2013, pour la commémoration de Gettysburg.

Reste que le sujet divise la nation. Beaucoup d'Afro-Américains estiment que marquer l'évènement, "c'est presque comme célébrer l'Holocauste", souligne Benard Simelton, président en Alabama de la National Association for the Advancement of Colored People. Mais pour une partie des Blancs du Sud, la guerre de Sécession reste vue comme une rébellion héroïque que l'on continue à glorifier.

Le drapeau sudiste flotte sur la pelouse du Capitole à Columbia, capitale de Caroline du Sud. En Géorgie ou en Alabama, on peut le faire graver sur sa plaque d'immatriculation. Et les hommes politiques cherchent régulièrement à minimiser la situation des Noirs.

 

07:27 Écrit par bk212103 dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.