25/04/2011

YOGA

Le problème pour les historiens du yoga moderne, c’est que même ces textes anciens sur le hatha yoga ne décrivent qu’un petit nombre des postures enseignées aujourd’hui.

Deux cents asanas sont répertoriées rien que dans l’ouvrage Bible du Yoga du maître yogi B.K.S. Iyengar [J’ai lu, 2009], alors que les recueils Hatha Yoga Pradipika, du XIVe siècle, et Gheranda Samhita et Shiva Samhita, du XVIIe siècle n’en énumèrent que quinze.

Vu le peu de sources anciennes sur lesquelles yoga.jpgon puisse s’appuyer, on avance à présent des preuves invérifiables provenant de textes disparus. L’ashtanga vinyasa, ou yoga dynamique, de Pattabhi Jois, tirerait ses fondements d’un manuscrit sur feuilles de palmier appelé Yoga Kurunta, que le célèbre maître yogi Krishnamacharya (1888-1989) – dont Jois était le disciple – avait déniché dans une bibliothèque de Calcutta. Le manuscrit aurait depuis été dévoré par les fourmis et, aujourd’hui, il n’en existe plus le moindre exemplaire. Voilà sur quoi se fondent l’hindouisme pour revendiquer la propriété intellectuelle du yoga.

Qui plus est, de nouveaux travaux de recherche ont mis au jour de très intéressants textes et récits oraux qui remettent en cause la filiation des méthodes Jois et Iyengar. Ces derniers ont tous les deux été des disciples de Krishnamacharya à la fin des années 1930, à l’époque où celui-ci dirigeait une école de yoga dans une aile du palais du maharaja de Mysore. Krishnamacharya aurait fondé son enseignement sur un manuel du XIXe siècle, le Sritattvanidhi, dont la paternité est attribuée à un ancêtre du maharaja.

Le yogi canadien Norman Sjoman, à qui l’on doit la découverte de l’ouvrage, et l’universitaire américain Mark Singleton estiment que les germes du yoga moderne sont contenus dans le style novateur du Sritattvanidhi. Krishnamacharya, qui connaissait bien ce texte, poussa encore plus loin l’innovation en ajoutant à son enseignement des exercices de gymnastique occidentaux. Selon Sjoman, on retrouve dans l’enseignement de Krishnamacharya beaucoup du contenu d’un manuel de gymnastique qu’il a pu consulter au palais du maharaja. Et Singleton affirme qu’au moins vingt-huit des exercices d’un manuel danois de l’époque présentent des ressemblances frappantes avec les postures popularisées par Jois et Iyengar.

En accusant les Occidentaux de pillage, la HAF occulte tous les croisements qui ont donné naissance au yoga moderne. De fait, le yoga contemporain est un exemple unique en son genre de création véritablement mondiale, dans laquelle des pratiques orientales et occidentales ont fusionné pour produire une discipline estimée dans le monde entier. L’hindouisme, antique, médiéval ou moderne, n’a aucun droit de propriété particulier sur le yoga postural du XXIe siècle. Affirmer le contraire serait une erreur grossière.

 

08:38 Écrit par bk212103 dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.