09/04/2011

ENSEIGNEMENT du FRANCAIS

Tant dans les sections propédeutiques que dans le qualifiant, il importe dorénavant de situer les épreuves-étalons standardisantes dans l’optique de l’école de la réussite. Pour prévenir une trop grande diversification des pratiques, il est nécessaire d’organiser des scènes de pilotage par jeu de rôles en amont et en aval.
Cela doit permettre, dans un sens dialectique, en partant du déjà-là, des divers ressentis et de l’avis des conseillers disciplinaires, de faire l’analyse transactionnelle des pratiques sans négliger l’auto évaluation ni attendre une adhésion partenariale à tous les items.
Afin d’éviter de se résumer à un french meeting, la mise en commun devra être ritualisée par une personne au positionnement institutionnel clair et bénéficier d’un porte-plume. Sa cible première doit être d’élaborer des matrices de questionnement par discipline permettant de sonder la nappe phréatique cognitive des enseignés, de vérifier l’appropriation des outils, d’éviter les tendances élitistes, les questions fermées ou ne correspondant pas au canevas du tiers-objet (en supposant que chacun ait respecté l’exhaustivité des référentiels de compétences).
L’organisation pratique des épreuves étalons devra également être envisagée : baliser les biorythmes, déterminer les portefeuilles de documents autorisés, les métaphores introductives aux situations problèmes, la pratique alternative de la logique binaire…

Cette mise en intervision des interlocuteurs permettra d’ériger un environnement facilitateur donnant du sens à l’évaluation et de réagir verbalement au questionnement des apprenants ou de leurs géniteurs… dans une expression langagière familière à tous les protagonistes !

07:42 Écrit par bk212103 dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.