06/04/2011

LIVRE NUMERIQUE

Ami lecteur, n’as-tu pas honte ? Tu continues, à l’heure des tablettes numériques, à décimer nos forêts pour satisfaire ton appétit de lecture ? Eh bien, tu n'as sans doute pas tort.

En effet, même si les liseuses électroniques permettent de stocker une bibliothèque entière sans toucher à la moindre branche de nos arbres centenaires, le bilan carbone du livre papier resterait largement meilleur que celui du livre numérique. A en croire «Metro», livre.jpgqui révèle les chiffres d’une étude du cabinet français «Carbone 4», le livre papier représente environ 1,3 kg d’équivalent CO2. Comparé aux 130 kg que «pèse» un Ipad - estimation avancée par Apple - et aux 168 kg du Kindle - résultat auquel arrivait l’institut Cleantech lors d’une étude en 2009 - ce chiffre ferait presque passer les ringards qui fréquentent encore les librairies pour des activistes écolos.

De l’extraction de minerais à l’assemblage de matériaux en tous genres, en passant par le transport, la fabrication d’une de ces tablettes magiques laisse des traces dans l’atmosphère. Sans parler de leur consommation d’énergie. En fait, ces liseuses deviendraient écologiquement rentables si leurs utilisateurs lisaient plus de 80 livres par an. 9 Européens sur dix ne dépassent pas les 20 ouvrages à l'année.

On l’aura compris, ce débat est un sac de noeud. Récemment, un cousin me faisait par exemple remarquer qu’il prenait moins de bains depuis qu’il s’était mis à la lecture électronique, de peur de mouiller son Kindle. Protéger l'environnement, c’est avant tout changer ses habitudes.

 

10:49 Écrit par bk212103 dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.