04/04/2011

SCIENTOLOGIE et TRAFIC HUMAIN

Depuis la visite parisienne de Tom Cruise, le vent a commencé a tourner pour la Scientologie. Début 2008, ses responsables font pression sur le site d’informations Gawker pourfaire retirer une vidéo compromettante de l’acteur en pleine transe. Largement relayé par les médias, cet épisode
marque l’entrée en scène d’un collectif alors relativement méconnu, les
«Anonymous»
.

Revendiquant un type de communication «bruyant et chaotique», le groupe affiche un objectif radical: la destruction totale de
la secte fondée par Ron Hubbard. Outre un piratage massif des sites de
l’organisation, des documents internes et confidentiels sont largement diffusés
grâce à la complicité d’anciens adeptes entrés en résistance. La Scientologie
s’échine alors à dénoncer les actions marginales d’une poignée de
«cyberterroristes». Mais jamais, avant cette date, elle n’avait été confrontée
à une attaque d’une telle ampleur.

Principal victime de cette déroute: David Miscavige lui-même, le grand patron des scientologues depuis la mort de Ron Hubbard, en
1986. Certains des plus hauts cadres repentis ont ainsi raconté les séances
d’humiliation publique et la violence avec laquelle le nouveau gourou pouvait
frapper certains adeptes.

Très proche de Tom Cruise, Miscavige est aussi celui
qui a installé l’acteur au sommet de la hiérarchie scientologue. Epinglés dans
le New Yorker, les deux hommes sont notamment accusés d’avoir exploité personnellement
des membres de la «Sea Org» pour des salaires dérisoires. Si Tom Cruise devait être
entendu par le FBI, l’affaire serait du plus mauvais effet pour
la
Scientologie.

Pour l’heure, l’entourage de la star dément formellement ces accusations et l’organisation se contente de dénoncer de «vieilles allégations sans fondement».

Mais l’accumulation des affaires confirme que la Scientologie traverse actuellement la plus grave crise de son histoire.

 

08:35 Écrit par bk212103 dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.