12/03/2011

FUTURS MARIES (sic)

Les futurs mariés peuvent désormais, à l’occasion de leur « cérémonie d’engagement », « maintenir au top le quotient émotion, sans passer par le registre religion ». C’est pas sympa ça ? Fini de se prendre la tête dans des « églises de quartier », dotées d’un « orgue tristounet » avec des curés qui croient en des trucs qui ne nous « correspondent pas ».

Les futurs mariés qui exigent, malgré leur « absence de foi », leur dose de « solennel », auront droit à leur quota de « symbolique ». Un nouveau droit humain en gestation sans doute. Exit le mariage religieux ringard, voici donc la « cérémonie d’engagement », « orchestrée à votre image », petit veinards.

Et vous, bande de mécréants qui vous morfondiez à l’idée de devoir vous contenter de « la procédure administrative bouclée en quatorze minute devant l’adjoint de monsieur le maire », vous avez dorénavant la possibilité d’avoir le solennel de la religion, sans la religion elle-même. Le beurre et l’argent du beurre, en somme, et le sourire de la mariée, et même son derrière, mais ça, a priori, vous l’aviez déjà, petits coquins libérés que vous êtes.

Les avantages de ce système s’interroge-t-on. " La liberté, pardi ". Car en plus de choisir vous-même la mariée, et la musique de la cérémonie (Les Beatles ! Du Gospel ! Patti Smith !), vous pourrez choisir aussi l’officiant.

Si possible un pote à vous qui « manie le verbe avec éloquence », et non comme un manche, ou à défaut un « officiant professionnel » qui ambiancera la teuf avec une pincée de solennel sans vous prendre la tête avec des gros mots comme fidélité ou devoir, sauf si vous le voulez bien sûr. Il en faut pour tous les goûts ! Même les plus masos. No souçaï, mon pote !

Tu veux de la fidélité, je te donne de la fidélité ! Tu veux de l’engament dégageable à souhait, je te donne de l’engagement dégageable !

 

07:07 Écrit par bk212103 dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.