26/02/2011

LA SEDUCTION

Par les temps qui courent, les hommes n’ont pas la partie facile. “On n’a pas droit à l’erreur, souligne Iván, et encore moins en ce qui concerne les femmes et le sexe. Les filles croient à tort que, pour les garçons, c’est plus facile, que tout est fait pour qu’ils gagnent. Mais la vérité, c’est que bien souvent ils ont peur.” Les échecs sont formateurs, Martin en est convaincu. “

 Ce sont des répétitions de réussite : si on ne se lance pas, quitte à se ramasser, on laisse passer sa chance et les possibilités de réussite diminuent. On fait faire ce genre d’exercices pratiques à ceux qui s’inscrivent à nos ateliers. On leur demande d’adresser la parole à des femmes : ils doivent en aborder au moins cent par mois, quels que soient les résultats. Une bonne manière de vaincre sa peur.” “Le plus important est de ne pas mentir. On peut séduire en étant soi-même”, confie Iván.

“Nous avons tous les outils pour séduire. seduction.jpgNos meilleurs atouts sont l’honnêteté et le naturel”, abonde Celine Stajcer. C’est ce que Caro s’est efforcée de travailler. Etant plus sûre d’elle, elle n’a plus besoin de se mettre à l’épreuve et elle profite des nuits. Spontanée, souriante, elle n’a plus peur du qu’en-dira-t-on car elle sait très bien ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas. La conversation avec l’autre se fait dans un climat serein, dans un jeu de séduction clair où la spontanéité l’emporte.

Tout est permis si l’on sait ce que l’on veut et, lorsque le courant passe, on oublie les trucs que l’on a appris. C’est ce qui est arrivé à Strauss, dont le livre s’ouvre sur une dédicace à sa femme : “Dans ton cas, je n’ai utilisé aucune technique. Avec toi, j’ai été sincère. Toi et moi, c’était différent.” Le vilain petit canard n’avait plus peur et il a réussi.

07:15 Écrit par bk212103 dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.