24/02/2011

CHRETIENS D'ORIENT, MARTYRS DES ARABES

Il n'y aura, bientôt, plus de chrétiens en Orient....émigration massive vers l'Europe, les États-Unis et l'Australie, natalité inférieure à celle, explosive, des musulmans....Qui s'intéresse encore au sort des chrétiens ? Ils sont en train de disparaître, sous nos yeux, dans l'indifférence générale. Déjà minoritaires, dispersés entre plusieurs États du Moyen-Orient, leur nombre ne cesse de diminuer. En 2008, leur présence est réduite à une peau de chagrin. Il ne sont plus que 10 millions, en incluant les 6 millions de coptes d'Égypte. Les départs, de plus en plus nombreux, alimentent une hémorragie silencieuse...

Coptes, maronites, melkites ou syriaques, plus précaires que jamais, arabes mais pas musulmans sont disqualifiés par les régimes religieux. Tous, à peu d'exceptions près, victimes de calomnies et persécutions grandissantes : viols, meurtres et kidnappings sont leur lot quotidien, en témoignent la récente attaque d''une églises coptecopte.jpg à Alexandrie qui a fait 20 blessés et l'assassinat de l'évêque de Mossoul en mars dernier. Les chrétiens se sentent de plus en plus seuls dans un monde musulman en pleine ébullition, considérés comme des intrus dans leur propre pays, ils ne parviennent plus à pratiquer leur foi et subissent un quotidien de plus en plus difficile.

Coincés entre un Occident amnésique et la montée de l'islam radical, ils sont ce cousin embarrassant, ce tiers-exclu dont on préfère ne pas se soucier...

Parce qu'ils pratiquent la même religion que l'Europe, les chrétiens d'Orient sont exclus voir rejetés par l'islam radical qui les accusent d'être un « cheval de Troie » , une cinquième colonne de l'occident. Victimes de la montée intégriste, accusés à tord de solidarité pro-occidentale, considérés comme des traitres dans leurs propres pays, ils payent injustement le prix de la politique américaine. Face à cette situation, plus que préoccupante, les spécialistes envisagent leur avenir avec beaucoup de pessimisme. Paradoxalement, l'Occident est en partie responsables de ce destin tragique. N'a -t' il pas sa part de responsabilité dans la défaite de l'unité arabe et entraîné en conséquence la marginalisation des chrétiens ?

Face à la souffrance de cette communauté, trop arabe ou trop orientale, trop différente de toute manière et par conséquent gênante, l'Occident qui pourrait servir d'ultime repère-certaines églises qu'on appelle « uniates » reconnaissent la primauté de Rome-manifeste une singulière indifférence vis à vis d'une tragédie qui ne dit pas son nom. L' Europe avait pourtant une carte maîtresse à jouer.

ET DIRE QUE LES arabes SONT ACCEPTES CHEZ NOUS, grâce à des partis de gauche ou anciennement chrétiens !

 

08:13 Écrit par bk212103 dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.