18/02/2011

MONDE ARABE. REVOLTE TARDIVE

Depuis des décennies, une grande question se pose : pourquoi donc les Arabes ne se révoltent-ils pas contre l’injustice et le despotisme ? Ce point d’inter­rogation s’est davantage imposé après la fin de la guerre froide, quand les peuples d’Europe orientale, puis d’autres régions du monde, ont été délivrés de dictatures dont personne n’avait prévu la chute.

La vague de démocratisation et de libéralisation avait touché plus d’une région sur les différents continents, mais elle était passée à côté du monde arabe. Le despotisme arabe avait fait preuve d’une étonnante capacité de résistance, nous mettant au défi de répondre à cette question persistante : pourquoi ne se révoltent-ils pas ?

arabie.jpg
Le choc des indépendances, la fragilité des légitimités, l’hésitation entre nationalisme étroit et panarabisme, la nécessité du développement économique, la menace israélienne et les ravageuses interventions étrangères ont contribué à prolonger la durée de vie des dictatures. Leur temps arrive maintenant à échéance, car tous les éléments qui servaient à convaincre les peuples qu’il fallait laisser faire leurs élites ont disparu ou ne sont plus opérants.

En effet, le véritable développement et la réussite économique exigent la liberté, la transparence, la démocratie et une justice irréprochable qui combat la corruption au lieu de la couvrir.

La même chose vaut pour Israël et pour les ingérences étrangères, qui ont toujours servi d’épouvantail. Car l’Etat hébreu, avec ses occupations de terres et ses menaces, a fourni des prétextes aux dirigeants arabes pour appeler à l’union sacrée et faire reculer les débats sur les libertés. Pourtant, l’Etat démocratique et pluraliste d’Israël (si on exclut sa discrimination à l’égard de sa minorité arabe) a vaincu maintes fois les armées arabes. Ce qui signifie que la démocratie et la liberté ne constituent pas un obstacle à la volonté de faire face à des menaces extérieures.

07:12 Écrit par bk212103 dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.